Catégories
Investir

Comment investir avec peu de moyens ?

Investir avec un budget limité : mission impossible ? Peut-être que votre salaire actuel ne vous permet pas de mettre beaucoup d’argent de côté, ou que la crise du Covid vous a fait perdre votre emploi. Vous vous dites alors que l’investissement n’est pas fait pour vous.

Pourtant, investir n’est pas réservé aux plus aisés : loin de là ! En réalité, il s’agit d’une idée reçue qu’il est important de combattre. Quels que soient vos moyens et vos objectifs financiers, investir son argent reste l’une des meilleures façons d’obtenir un rendement sur le long-terme. Inutile, donc, d’attendre de commencer à gagner beaucoup d’argent. En matière d’investissement, l’important est plutôt de ne pas attendre !  

Découvrez dans cet article quelques astuces pour investir avec des moyens limités.  

Astuce n°1 : allouer un budget dédié à vos investissements

On fait souvent l’erreur de se dire : OK, je placerai l’argent qu’il me reste à la fin du mois… s’il m’en reste. Mais ce n’est pas la bonne manière de procéder, car on ne sait jamais quelle enveloppe on pourra consacrer à nos investissements. Et l’on finit généralement par ne rien placer du tout ! Dès lors, il est important de changer de stratégie. Faites le point sur vos finances, et déterminez un budget adapté pour commencer à investir. Ce budget peut être hebdomadaire, mensuel, semestriel… L’important, c’est qu’il corresponde à vos revenus. 

Si vous travaillez, vous pouvez mettre en place des virements récurrents. Dès que vous recevez votre salaire, versez une somme préalablement déterminée (exemple : 50 euros) sur un support de placement ou sur votre application Moka. Considérez cette somme comme une dépense essentielle, au même titre que le paiement d’une facture, par exemple. 

Si vous ne travaillez pas, mais que vous percevez tout de même des revenus (allocations chômage, etc.), faites la même chose, en adaptant bien évidemment votre enveloppe. Le but est que vous puissiez investir sans rogner sur vos dépenses essentielles ! On vous le rappelle : il est possible de commencer à investir avec 10 ou 20 euros. 

Et pour cela, il est important de…  

Astuce n°2 : faire la chasse aux dépenses superflues

Un ou plusieurs abonnements qu’on n’utilise pas mais qui nous coûtent de l’argent tous les mois, des achats dont on pourrait se passer (repas ou cafés à emporter tous les jours, dernier téléphone à la mode qui ressemble en tous points au précédent…), un budget shopping non délimité… En faisant attention, il est facile de traquer les dépenses superflues qui, sur le long-terme, finissent par peser sur notre budget. Cela exige bien sûr de regarder ses comptes droit dans les yeux, et de calculer ce dont on a besoin vs. ce qu’on dépense tous les mois. Un exercice pas toujours agréable, mais salutaire ! 

On peut aussi s’efforcer de réduire tous nos postes de dépense (vêtements, alimentation, loisirs, etc.), même de quelques euros, et investir la somme ainsi récoltée. Cela n’a l’air de rien au début, mais sur le long-terme, tous ces euros finissent par faire la différence. 

Astuce n°3 : miser sur les fonds Index

Acquérir des actions peut être coûteux. C’est pour cela que les fonds Index, en rendant l’investissement accessible, sont intéressants pour commencer. Il s’agit de fonds cotés en bourse, qui répliquent la performance des indices boursiers MSCI (indice international qui représente les grandes et moyennes capitalisations dans 23 pays des marchés développés). Grâce aux fonds Index que nous vous proposons, vous pouvez vous constituer un portefeuille diversifié, sans avoir besoin de dépenser de grosses sommes.  Bonus : en investissant dans des fonds Index, vous profitez sans effort de la performance de l’ensemble des entreprises concernées. 

Astuce n°4 : Avoir confiance en sa capacité à investir

Enfin, l’une des clés pour investir avec un petit budget consiste à se faire confiance. Il est en effet facile de baisser les bras avant même d’avoir essayé, en se disant que nos moyens ne sont pas assez importants et que l’investissement n’est pas pour nous. Pourtant, les images stéréotypées de l’investisseur en costume-cravate qui étudie chaque jour les marchés ne doivent pas vous freiner dans vos ambitions ! Il n’y a pas de montant minimum pour investir : en tout état de cause, il est possible d’investir 1, 2, ou 3 euros. 

Ce qui importe, c’est avant tout votre horizon de placement. Plus celui-ci s’inscrit dans le temps long, plus votre argent a des chances de fructifier. C’est notamment possible grâce aux intérêts composés, qui correspondent aux intérêts produits par un placement qui se cumulent au fil des ans. Pour prendre un exemple, imaginons que vous investissiez 100 euros, avec un rendement de 5 % annuel. A la fin de la première année, vous aurez gagné 5 euros d’intérêts. A la fin de la deuxième année, ce sont 10,25 euros qui iront dans votre poche. Au total, sur 10 ans, les intérêts composés vous auront permis de gagner la somme de 162,89 euros (à ajouter au capital de départ) !

C’est là tout l’intérêt de l’investissement : votre argent travaille… pour vous ! 

Catégories
Investir

Quelle est la différence entre épargner et investir ?

Il arrive qu’on utilise indifféremment les termes “épargner” et “investir”. Pourtant, il s’agit de deux notions différentes ! Et le choix de l’une ou l’autre stratégie peut avoir des conséquences significatives sur votre situation financière à long terme. 

Alors, reprenons les bases : Moka vous explique tout. 

Épargner, c’est quoi ?  

Épargner, c’est tout simplement mettre de côté une partie de ses revenus. Au lieu de dépenser tout ce que vous gagnez, vous mettez une certaine somme de côté pour l’utiliser plus tard. 

Il y a différentes manières d’épargner, mais la plus courante est de placer son argent dans une banque, sur un compte épargne (par exemple, un Livret A). 

On a tendance à considérer l’épargne comme une stratégie idéale, car dépourvue de risques — il est vrai qu’on est sûr.e de récupérer son capital à la fin ! Et pourtant… En 2021, le taux du Livret A est de 0,5 %. C’est moins que l’inflation annuelle, qui tourne autour de 1,1 % en moyenne.  Concrètement, cela veut dire que les intérêts perçus sur votre épargne ne compensent pas l’augmentation des prix (la fameuse inflation). 

Ce n’est pas vraiment un problème si votre épargne a pour but de financer un projet à court terme, comme un voyage à l’étranger ou l’achat d’une nouvelle voiture. C’est beaucoup plus ennuyeux lorsque vous épargnez avec un horizon long terme, par exemple pour financer l’achat d’un appartement. Dans ce cas là, vous finissez par… perdre du pouvoir d’achat. 

Investir, c’est quoi ? 

Pour schématiser, investir, c’est acquérir des actifs (actions, obligations, biens immobiliers…) dans le but de générer une somme d’argent supérieure à cet investissement. Il y a ici une volonté d’obtenir un rendement. 

Si l’argent déposé sur un compte épargne rapporte très peu, l’investissement permet de faire fructifier son argent bien plus rapidement. Bien sûr, les taux de rendement varient selon les supports de placement. Et le capital investi n’est pas garanti, c’est à dire qu’il existe des risques de pertes potentielles. En gros, lorsque vous investissez votre argent, vous n’êtes jamais sûr.e de récupérer votre mise de départ. 

Quelle est la différence fondamentale entre les deux ?

D’un point de vue strictement économique, l’épargne est la partie non consommée du revenu. Elle consiste à consommer moins dans le présent pour consommer plus à l’avenir. L’argent épargné doit être liquide, c’est à dire disponible immédiatement. Les perspectives étant plutôt court à moyen terme, l’épargne doit être placée sur des supports peu risqués pour limiter les risques de pertes. 

Investir, en revanche, consiste à placer son argent dans l’espoir qu’il génère un rendement. L’objectif n’est pas de mettre de l’argent de côté, mais de tirer un bénéfice. Généralement, cela est fait dans une perspective long terme. 

Pour résumer, l’épargne de précaution peut être considérée comme un coussin de sécurité. Elle doit servir à faire face aux imprévus et aux aléas de la vie : une voiture qui lâche, des impôts à payer, une dépense de santé… Mais aussi à se faire plaisir (c’est important !). On dit généralement qu’il faut avoir l’équivalent de 3 à 6 mois de salaire de côté, mais ce montant doit être apprécié en fonction de sa situation personnelle. Une personne célibataire et sans enfant n’aura pas besoin de la même épargne qu’une personne avec une famille, par exemple. L’investissement, c’est un peu la cerise sur le coussin de sécurité. C’est de l’argent que l’on place à moyen et long terme dans le but d’en retirer un profit. Mais ce profit n’est jamais garanti : il faut donc accepter les risques de pertes. 

Le choix entre l’épargne et l’investissement est une question de besoins et de préférence personnelle. Il convient de prendre en compte plusieurs éléments : vos projets, vos objectifs, votre niveau d’acceptation du risque, votre âge, votre situation professionnelle et personnelle… Vous seul.e avez la possibilité de déterminer ce qui est le plus adapté pour vous. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est jamais trop tôt (ni trop tard !) pour commencer à investir. 

Donnez-moi un exemple ! 

Pour vous aider à bien comprendre la différence entre épargne et investissement, voici un exemple concret. 

Prenons le cas de Pierre et de Chloé : ils exercent chacun le même métier et touchent un salaire de 40 000 euros brut par an. Chaque année, Pierre et Chloé épargnent tous les deux 20 % de leur salaire, soit 8 000 euros. 

Mais chacun poursuit une stratégie différente. Alors que Pierre place toutes ses économies sur un compte épargne sécurisé, Chloé investit ses économies sur plusieurs supports. Le compte épargne de Pierre lui rapporte 1 % par an, tandis que le portefeuille de Chloé lui rapporte 5 %. 

Que se passe-t-il au bout de 40 ans de vie active ? Eh bien, c’est très simple : alors que Chloé aura (potentiellement) accumulé 694 718,10 euros d’intérêts composés, Pierre n’en aura accumulé que 75 001,90, même s’il gagne le même salaire et met exactement le même montant de côté ! 

Ça fait réfléchir, non ?

Catégories
Good Vibes

10 merveilles françaises qui rappellent l’autre bout du monde

Voyager ce n’est pas forcément partir au-delà des frontières ! Il existe tout autant de choses à voir dans l’Hexagone que dans d’autres pays 🇫🇷
Étant donné que nous sommes coincé.e.s en France, pourquoi ne pas en profiter pour en faire le tour ? 

Nous habitons un pays magnifique avec tellement de paysages variés, il est tout à fait possible de trouver de quoi se dépayser. 

Préparez votre sac à dos et venez explorer ces 10 coins magnifiques qui donnent l’impression de voyager à l’autre bout du monde 🌏

À une trentaine de minutes de Perpignan, le site des Orgues d’Ille-sur-Têt est un véritable joyau minéral, classé site protégé. Un décor digne des paysages désertiques qui rappelle l’ouest américain.

Ces cheminées de fée semblent tout droit venir d’une autre planète mais il s’agit en réalité de formations en sable et en argile que l’érosion a façonné au fil du temps. Elles sont vieilles de 4 millions d’années ! 

Venez admirer ce chef d’œuvre naturel !

Direction le sud, la Camargue. Aigues-Mortes vous plongera au Moyen-Âge le temps d’une promenade avec ses remparts qui encerclent le village. Après avoir admiré ses sites historiques, c’est parti pour les salins !

En VTT, à pied, en voiture ou en petit train, partez en expédition entre marais et montagnes de sel. L’eau est naturellement rose grâce à des algues microscopiques, ce qui rend le lieu si magique. Et à la belle saison, les flamants roses en profitent pour se baigner 🦩

Ce lac situé dans l’Hérault est un appel à s’évader et s’imaginer quelques instants en Amérique Latine. Son écrin, cette terre rouge que l’on nomme la « ruffe », en fait un lac très particulier où se mêle une palette de couleurs. Sa géologie et sa biodiversité en font un lieu unique. 

C’est un terrain de jeu idéal pour la randonnée, le VTT mais aussi les balades à cheval. Et pour ceux qui préfèrent les sports nautiques, il y a possibilité de faire de la voile, du catamaran, du paddle ou du pédalo !

On continue dans les paysages aquatiques, mais cette fois on part découvrir des cascades. Celles-ci se situent dans le Jura et sont comptées parmi les plus belles d’Europe ! Petit paysage paradisiaque où l’eau claire se déverse sur l’herbe verte. Ce coin de paradis vous fera penser au Brésil. A ne pas manquer !

En été, on veut tous se précipiter en bord de mer, mais si on faisait un tour en Ardèche ? Cet endroit regorge de paysages à couper le souffle ! 

Laissez-vous surprendre par la beauté du canyon, sauvage et profond, des falaises vertigineuses et de la rivière qui scintille sous le soleil. 

Pour faire l’intégralité de ce parcours à pied (24 km), il vous faudra 2 jours. Vous pourrez ensuite aller découvrir d’autres recoins sublimes de la région !

Et en canoë, c’est plus qu’une expérience sportive : un retour à l’essentiel, une expérience nature, une parenthèse hors du temps. Imaginez le calme, la sérénité, le bruit de vos pagaies sur l’eau et les cigales.

La montagne en été. Quoi de plus apaisant ?

Cette région est connue de tous, mais y avez-vous déjà fait un tour ? Des montagnes à perte de vue et de l’air pur !

Nos 2 immanquables de cette région sont :

  • L’Aiguille du Midi, plus haute aiguille de Chamonix. Prenez le téléphérique pour prendre une claque en arrivant en haut (3 777 mètres d’altitude). Ses terrasses aménagées vous offrent une vue 360° sur toutes les Alpes françaises, suisses et italiennes. Et si vous prenez l’ascenseur, pour accéder à la terrasse sommitale (3 842 m), vous découvrirez une vue imprenable sur le Mont Blanc.
  • La Mer de Glace et sa grotte de glace : le plus grand glacier français. Attention, enfilez une bonne paire de chaussures pour descendre (puis remonter) les 550 marches ! 

Balades, randonnées, calme, détente, sensations fortes, sport… Il y en a largement pour tous les goûts !

Vous cherchez de l’eau turquoise ? Pas besoin d’aller aux Caraïbes ! Située dans le Finistère, cette presqu’île offre des paysages de cartes postales. 

Les balades le long du littoral sont à couper le souffle. Et si vous y allez, vous devez absolument voir le coucher du soleil à la pointe de Pen-Hir ! 

Vous pouvez aussi admirer le Fort des Capucins qui vaut le détour. Ce lieu laissé à l’abandon servait de fort pour défendre les côtes durant la Seconde Guerre mondiale. C’est l’un de ces endroits exceptionnels que vous ne trouverez qu’en Bretagne. 

On ne va pas vous lister toutes les choses magnifiques à voir dans ce coin (ça prendrait bien trop longtemps) car on en a d’autres à vous faire découvrir !

L’Auvergne, ça ne fait pas rêver et pourtant ! Cette région, bien trop sous-cotée, renferme la Chaîne des Puys – faille de Limagne qui est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. 

Avec ses 80 volcans alignés le long d’une faille longue de 32 km et haute de 700 m, la Chaîne des Puys condense tous les processus à l’œuvre lors d’une rupture continentale. Car le phénomène de « rift ouest-européen » que l’on observe à cet endroit aurait pu conduire à… la séparation en deux du continent européen et à l’apparition d’un océan ! Vous imaginez ? 

Bref, on ne va pas vous raconter toute l’histoire de ce site, à vous d’aller la découvrir 😉

Vous pouvez admirer cette chaîne depuis le haut du Puy de Dôme, volcan le plus emblématique d’Auvergne. 

Et ce n’est pas tout ce qu’offre la région, on vous invite à y faire un petit tour, vous ne serez pas déçu.e !

Situé dans le Tarn, ce village en hauteur ne manque pas d’atouts et domine la vallée du Cérou. À seulement 20 minutes en voiture depuis Albi (à visiter aussi !), la balade dans cette cité médiévale est un véritable enchantement.

Portes fortifiées, remparts et façades gothiques sculptées, ce village empreint d’histoire et ses ruelles qui vous plongent au Moyen-Âge ne vous laisseront pas indifférent.e ! 

Son site exceptionnel et son héritage architectural remarquable en font une des villes médiévales les plus significatives de France et un des hauts lieux du patrimoine européen. Elle est aujourd’hui classée parmi les Grands Sites de Midi-Pyrénées !

Vous rêvez des États-Unis ? Pas besoin d’aller si loin ! Les Ocres de Rustrel, aussi appelées Colorado Provençal, sont un incontournable des paysages français. Cet endroit est le résultat de l’exploitation de l’ocre qui s’est faite dans la région dès le XVIIIe siècle. Peu à peu abandonnées, les carrières forment aujourd’hui un site grandiose, apprécié pour la promenade et la randonnée. 

Ce paradis coloré est d’autant plus magnifique à admirer au coucher du soleil !

10ème et dernier coin fascinant de France que l’on vous fait découvrir (pour l’instant) ✨

Vous connaissez cet impressionnant petit palais, unique au monde, qui rappelle l’architecture cambodgienne ?

Il est reconnu comme une œuvre d’art majeure dans le monde entier. 

Pour la petite histoire : en 1879, un employé de poste du nom de Ferdinand Cheval trébuche sur une pierre et est fasciné par la beauté de celle-ci. Il entame une collection de pierres toutes plus différentes les unes que les autres et décide de les assembler toute sa vie durant pour en faire le palais de ses rêves !

Ces sites magnifiques ne sont qu’une petite partie de toute la beauté de notre pays. N’hésitez pas à l’explorer et surtout en profiter ! 

Si vous voulez en découvrir plus, on vous invite à aller faire un tour sur le blog de Bruno Maltor. Ce grand amoureux des voyages et de la photographie a parcouru la France et fait découvrir ses coups de cœur à travers des photos sublimes 🇫🇷 

Catégories
Investir

Covid : est-ce le moment d’investir ?

La crise du Covid-19 a profondément bouleversé l’économie. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi, tandis que d’autres ont vu fondre leur épargne.

A l’heure où l’on ne cesse de nous rappeler qu’une crise de grande ampleur nous attend, et qu’il va falloir “rembourser la dette”, il peut être tentant de rester sur ses gardes et de repousser toute notion de risque. Et donc d’épargner plutôt que d’investir, à l’image de la population française qui en 2020 a épargné 90 milliards d’euros de plus qu’en 2019, soit 4 % du PIB. Le Livret A a même collecté en 2020 deux fois plus d’épargne que l’année précédente, soit un montant net de 26,4 milliards d’euros ! 

Mais est-ce vraiment la bonne méthode ? En ces temps difficiles, faut-il limiter toute prise de risque et continuer à mettre de l’argent de côté sur un livret ou pire, sous son matelas ? Eh non ! Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les crises sont en réalité de bons moments pour investir (quand on en a la possibilité, bien sûr). 

On vous explique pourquoi dans cet article. 

Toutes les situations doivent s’apprécier sur la durée

En temps de crise, la réaction naturelle est la panique. On se replie sur soi, on évite de prendre des risques, et on joue au maximum la carte de la sécurité. C’est normal… mais sachez que la peur n’est jamais bonne conseillère. Lorsque les marchés financiers baissent, cela ne signifie pas qu’une hausse n’aura pas lieu dans les prochaines semaines ou les prochains mois. D’autant qu’après une crise, on observe très souvent un rebond sur les marchés (voir le point suivant). 

Saviez-vous, en outre, que les périodes de hausse sont en moyenne toujours plus longues et plus importantes que les périodes de baisse ? Cela signifie qu’il ne faut pas regarder la situation à l’instant T, mais bien l’apprécier sur la durée. En matière d’investissement, c’est le long-terme qui compte : il est donc inutile de paniquer lorsque les cours baissent, ou même lorsque les médias se répandent en prédictions catastrophistes. Vos peurs et vos émotions ne doivent pas prendre le dessus : on vous conseille à ce titre de lire notre article sur la finance comportementale, qui vous explique pourquoi les investisseurs sont en réalité leurs pires
ennemis ! 

Les crises sont (presque) toujours suivies de rebonds

Les cours de la bourse sont toujours liés aux grands évènements mondiaux et à la situation économique dans son ensemble. Ce n’est donc pas étonnant si la crise du Covid a fortement impacté les cours, à la hausse comme à la baisse (selon les secteurs d’activité). Néanmoins, il est important de garder en tête que les cours de la bourse ne sont que la photographie d’un instant : ils ne disent rien de ce qu’il va se passer dans le futur. Or, on observe que les crises (comme le krach boursier de 1929) sont quasiment toujours suivies de rebonds. Les marchés sont en effet cycliques : après avoir baissé, ils ne peuvent que remonter. 

Un exemple ? Depuis la crise économique de 2008, la Bourse américaine a rebondi de plus de 320%.

C’est le moment de penser à son avenir

La crise du Covid nous l’a prouvé : tout peut arriver. De fait, sécuriser son avenir en mettant de l’argent de côté a toute son importance. Et plutôt que d’épargner (un geste qui vous fait perdre du pouvoir d’achat sur le long terme, à cause de l’inflation), il s’avère plus judicieux d’investir. 

Pourquoi ? Tout simplement parce que, contrairement à l’épargne, l’investissement offre des possibilités de rendement. En contrepartie, il existe bien entendu des risques de pertes : mais sur le long terme, l’investissement est très souvent rentable. Investir son argent permet donc d’obtenir un rendement (= un gain) potentiel, tandis que l’épargne fait perdre du pouvoir d’achat. 

Certains secteurs connaissent une belle embellie

On le sait : de nombreux secteurs d’activité ont été fortement impactés par la crise, comme la restauration ou la culture. Et si ce n’est sans doute pas le moment d’ouvrir un restaurant, cela ne signifie pas que tous les secteurs d’activité font grise mine. Le numérique, la santé et le développement durable font ainsi partie des secteurs qui non seulement ont été épargnés par la crise, mais qui ont même été boostés. Les fonds ISR (investissement socialement responsable) résistent et progressent même mieux que les fonds classiques ! 

La leçon qu’il faut retenir ? Tout n’est jamais tout blanc ni tout noir. Si certains pans de l’économie souffrent, d’autres tirent au contraire leur épingle du jeu. 

Par ailleurs, les crises peuvent être le moment idéal pour investir, car la valeur des actions baisse. Or, le plus important dans tout investissement est le prix d’acquisition. C’est donc l’occasion d’acheter à un bon prix, avec un horizon long terme pour profiter des remontées de la Bourse tout en limitant les risques. Les investissements que vous aurez fait pendant une période de crise vous seront favorables…. au moment de la reprise. 

Catégories
MoreWithMoka

Moka rejoint Mogo

Aujourd’hui est un jour de fête

Pour la fidèle communauté d’utilisateurs de Moka, en France et au Canada. Pour notre équipe dévouée et nos investisseurs. Pour l’écosystème fintech et pour tous ceux et celles qui recherchent une façon plus simple, plus intelligente et plus puissante d’atteindre leurs objectifs financiers. Notre annonce aujourd’hui est un accélérateur incroyable en ce sens.

Moka va être racheté par Mogo

Je suis ravi d’annoncer que Moka rejoint Mogo Inc. (NASDAQ:MOGO) (TSX:MOGO) dans le cadre d’une acquisition. Ce nouveau partenariat donnera naissance à la fintech la plus diversifiée en matière d’épargne et d’investissement au Canada.

Elle va nous permettre d’aider encore plus de personnes à réaliser leurs rêves et d’offrir des services bien plus performants à nos clients existants au Canada et en France. Ces derniers pourront d’ailleurs continuer d’utiliser l’application Moka comme avant.

Moka a toujours eu pour mission d’aider les gens

En 2016, nous nous sommes lancés au Canada pour aider le plus grand nombre à atteindre leurs objectifs financiers, en rendant l’épargne et l’investissement accessibles à toutes et tous. Notre fonctionnalité de base, arrondir ses achats à l’euro supérieur et investir sa petite monnaie, permet à quiconque de mettre de côté sans effort, sans connaissance financière particulière, ni montant minimum requis.

Nous avons beaucoup évolué depuis le lancement de la toute première version de notre application. L’été dernier, nous nous sommes internationalisés en Europe, en faisant de la France notre tête de pont. Et dans les prochaines semaines, nous allons lancer l’investissement socialement responsable pour nos utilisateurs en France, leur permettant ainsi d’obtenir du rendement, tout en ayant un impact positif sur la planète et la société. Or, notre vision et notre mission ne s’arrêtent pas là.

Tout le monde devrait avoir la possibilité de gérer ses finances personnelles de manière plus simple, abordable, et accessible. En combinant la technologie, les données et l’humain, Moka aide les gens à vivre leur vie au mieux et à accomplir des projets qui étaient auparavant hors de leur portée, comme acheter une maison, voyager, rembourser un crédit, fonder une famille ou épargner pour son avenir.

Tout ce que nous entreprenons chez Moka, est guidé par notre mission.

Nous associer à Mogo est un coup d’accélérateur, qui nous donne les moyens de notre ambition. En effet, les équipes de Moka et de Mogo partagent une mission commune : aider les gens à mieux gérer leur argent. Rejoindre leur famille était donc naturel et cohérent.

Pour Moka et sa communauté, ce rapprochement est une grande victoire à trois égards :

Tout d’abord, j’aime les produits innovants et diversifiés de Mogo. Je suis convaincu qu’ils profiteront à nos clients. De l’ouverture de compte, à la compensation automatique de votre empreinte carbone, en passant par l’investissement en bitcoins, et plus encore… Les utilisateurs de Moka auront bientôt accès à une gamme encore plus large de services simples et abordables.

Ensuite, en tant que membre d’une entreprise cotée en bourse comme Mogo Inc, Moka pourra se concentrer sur l’innovation et la création de la meilleure expérience utilisateur possible : une liberté que la plupart des startups ne peuvent généralement pas s’offrir.

Enfin, en unissant l’expertise et les technologies de nos deux entreprises, nous créerons de puissantes synergies qui nous permettront d’exécuter notre mission encore plus efficacement et plus rapidement.

Notre mission reste inchangée, mais nous sommes désormais en mesure d’en faire plus, beaucoup plus rapidement.

Alors que nous célébrons aujourd’hui cette grande nouvelle, nous savons que ce n’est que le prochain chapitre de notre voyage. Nous avons beaucoup de travail à faire, ensemble, pour bâtir un avenir où la technologie financière peut vraiment aider chacun à vivre la vie de ses rêves.

Nous n’aurions pas pu aller aussi loin sans le soutien indéfectible et le dévouement de nos équipes, de nos investisseurs, de nos familles, et de nos fidèles clients. Merci mille fois pour la confiance que vous nous accordez. Soyez certain(e)s que nous allons tenir notre promesse.

Nous sommes impatients d’innover et de créer des produits et des expériences qui vous inspireront et amélioreront votre vie au quotidien.

Si vous ne faites pas encore partie de ce voyage, mais que ces quelques mots résonnent en vous, pourquoi ne pas nous rejoindre ?

La suite de l’aventure va être passionnante et m’enthousiasme énormément pour l’avenir.

A très vite,

Philip Barrar
Fondateur et CEO
Moka

Catégories
MoreWithMoka

Découvrez Claire, notre designer produit

Nous voici lancés pour vous faire découvrir des membres de l’équipe Moka ! 

Et la première personne est…

Claire, notre designer produit ☀️ 

Il faut d’abord savoir que Claire est une française qui n’arrête pas de bouger. 🌎  Elle a vécu à Montréal il y a quelques années, puis elle est revenue vivre en France. Entre-temps elle s’est installée aux États-Unis et depuis 2019, elle est bel et bien de retour à Montréal, au Canada, où elle a rejoint l’équipe Moka. 

On lui a posé quelques questions pour vous faire découvrir son rôle chez Moka ainsi que quelques traits de sa personnalité. C’est parti !

  • Quel est ton rôle chez Moka ? 🖌

Je suis designer produit. Je couvre en fait le cycle de vie du produit, de A à Z.

Pour être designer produit, il faut :

  • comprendre les besoins business de son entreprise
  • comprendre la stratégie en place
  • être capable d’adapter le modèle économique de l’entreprise au produit
  • connaître les besoins de nos utilisateurs
  • en faire un prototype et tester le produit
  • travailler en étroite collaboration avec les développeurs pour créer une expérience solide et intelligente 
  • avoir une connaissance poussée de tous les sous-métiers du design

En bref :

I’m a thinker and a maker.

En tout cas, un product designer ne fait pas que des icônes (haha) ! 🙂

  • Que fais-tu au quotidien pour économiser et gérer ton argent ? 💸

Étudiante, j’étais très dépensière et un jour, je me suis retrouvée à découvert de 500€ ! J’étais honteuse, et je me suis dit “ok, plus jamais !”. Comme un déclic. Depuis, j’ai des règles en place, des logiques. Je sais toujours ce qu’il y a dans mon compte, je me fixe un budget et mon « zéro » de mon compte ne se trouve pas à 0 € mais à 250 €, du coup je ne suis jamais à découvert. En gros, j’ai designé ma façon de gérer les choses !

  • As-tu ton propre compte Netflix ou tu squattes celui de quelqu’un ? 😇

Ça n’a aucun sens mais… Les deux ! Haha !

  • Pourquoi tu aimes travailler chez Moka ? 💙

C’est une équipe vraiment fun et les gens sont sincèrement bienveillants. Je sais que cela peut paraître cliché car tout le monde dit “mon équipe est bienveillante !”, mais ici c’est vrai. 

Tu peux être toi-même, ce qui n’est pas toujours le cas. Être professionnel ne veut pas dire perdre un bout de ta personne.

Moka c’est vraiment une culture agréable et sincère. Il y a un rapport vie privée et vie pro qui est beaucoup plus sain qu’ailleurs. 

J’aime aussi énormément sa mission sociale qui est d’aider les personnes à atteindre leurs objectifs financiers quelles que soient leurs connaissances en finance et surtout sans changer leur façon de vivre. Chacun doit vivre sa vie comme il le veut ! 

  • Le midi c’est plutôt livraison ou petit plat fait maison ? 🍩

Quand on était au travail, dans nos bureaux à Montréal, on avait la chance d’avoir les meilleurs donuts de Montréal. Donc de temps en temps, on allait chercher des cookies et des donuts avec les collègues pour manger, faire une pause et papoter. Avec un collègue, l’été, on allait même faire des séances de méditation dans le parc à côté que j’adore et qui me manque. 🧘‍♀️

Aujourd’hui, en télétravail, je mange à la maison et cela fait une coupure comme quand on était à l’école et qu’on rentrait à la maison pour le déjeuner ! C’est très agréable. 

  • Quelle est l’habitude n°1 que tu as mise en place et que tu conseilles à tout le monde ? 😄

Rigoler ! Trop important, surtout en ce moment. Apporter de la légèreté.

  • T’es du genre à mettre 6 réveils différents le matin ou tu te lèves à la 1ère sonnerie ? ⏰

Alors j’en ai un à 8h, 8h15, 8h20, 8h45 et 9h. 

(On parie qu’elle n’est pas la seule ! 😈)

  • Quelle est l’habitude écologique qui t’a fait économiser le plus cette année ? 🌿

Ne pas prendre l’avion ! C’est une blague lourde et amère mais c’est vrai. Tu as beau faire tous les gestes écologiques du monde au quotidien, si tu prends une fois l’avion, ça détruit tout.

  • Ton plaisir coupable pas du tout écolo auquel tu souhaiterais trouver une alternative ? ✈️

J’aime voyager donc : toujours l’avion !

***

Merci Claire 🤗

C’est déjà fini, mais on se retrouve très vite pour la prochaine interview d’une autre personne de l’équipe 😉

Catégories
Good Vibes

Less is more : vivre avec moins

Le saviez-vous ?

Voici des chiffres à vous donner mal à la tête ! 🤯

  • 2 500 kg : le poids moyen des objets que l’on possède chez soi
  • 3 680 heures ou 153 jours : le temps passé à chercher des objets dans une vie.

De plus en plus de personnes se convertissent à ce nouveau mode de vie qu’est le minimalisme

Consommer beaucoup moins et mieux. Se rendre compte de ce qui est essentiel. Telle est la philosophie des personnes qui adoptent ce style de vie. 

Le minimalisme a plusieurs avantages, aussi bien au niveau du porte-monnaie qu’au niveau du bien-être et de sa santé mentale.

Love people and use things, because the opposite never works.

Joshua Fields Millburn, promoteur de ce style de vie.

On vous explique !

La base du minimalisme est de réduire sa consommation, pour ne conserver que ce qui a une valeur sentimentale pour nous ou qui nous sert réellement.

Il consiste donc à se débarrasser de tous les objets superflus et à se recentrer sur les choses qui nous sont essentielles. 

L’objectif du minimalisme est de se détacher du pouvoir que les choses matérielles exercent sur nous. C’est aussi adopter un mode de consommation raisonné et responsable.

Mais il ne se limite pas aux objets ! Le minimalisme, c’est aussi de mieux allouer son temps, en ne s’entourant par exemple que des personnes avec qui l’on se sent bien. Et en s’éloignant des personnes qui nous sont nocives. 

Par où commencer ? 

  • Faites du tri chez vous 🏠

Dans votre dressing, dans vos placards de cuisine, dans vos tiroirs de salle de bain, partout ! Allégez-vous du superflu, ne gardez que l’essentiel. Vous pouvez ensuite revendre des affaires ou bien les donner à des associations. 

Avez-vous besoin de 3 tire-bouchons ? Mangez-vous dans chacune de vos 12 assiettes ? Et ce pull au fond de votre placard qui n’a pas vu le jour depuis 2 ans ? 

Pourquoi ne pas se mettre au défi de faire le projet 333

33 vêtements pour 3 mois. 

Le principe : en début de saison, choisissez 33 vêtements (accessoires et chaussures compris) pour créer des looks pour les 3 prochains mois. Puis rangez tout le reste ailleurs (si vous vous rendez compte qu’ils ne vous sont plus utiles ou que vous n’y pensez même plus, vendez-les ou donner-les). Le but est d’avoir un dressing épuré, avec l’essentiel, pour ne porter que vos vêtements préférés et surtout ne plus vous prendre la tête chaque matin ! Joie garantie. 

  • Faites du tri dans vos relations 👋

Adopter un mode de vie minimaliste, c’est aussi faire le tri dans ses relations. Il y a des relations que l’on garde par habitude et non parce qu’on en ressent l’envie ou le besoin.

Les relations nocives, amoureuses ou amicales, sont bien plus courantes qu’on ne le pense. Ce n’est pas toujours évident de s’en rendre compte car on peut ressentir beaucoup d’affection pour la personne. Couper les ponts est alors une option très difficile. 

La culpabilité prend généralement le dessus lorsqu’il faut s’éloigner d’une personne toxique, mais vous n’avez pas à vous sentir coupable de vouloir mettre un terme à une relation malsaine. 

On peut aussi penser que la relation nous fait du bien, alors que celle-ci nous tire vers le bas. Pour tenter de vous en rendre compte, prenez le temps de réfléchir à vos relations actuelles. Pensez au positif et au négatif qu’elles vous apportent. Est-ce qu’il y a beaucoup plus de négatif ? Y a-t-il du positif ? Est-ce vous pouvez changer quelque chose à la relation pour qu’elle soit positive ? Est-ce qu’il est nécessaire pour votre bien-être et votre santé mentale de vous éloigner de cette personne ? 

Vous seul.e pouvez en décider, mais rappelez-vous qu’on ne devrait jamais avoir à subir des relations qui nuisent à notre confiance en soi, à notre santé mentale ou physique et à notre sécurité. ☝️

Entourez-vous des proches qui sont là pour vous, avec qui vous pouvez être vous-même, et qui vous soutiendront dans n’importe quelle situation. 

Votre bien-être est la priorité.

  • Faites du tri dans votre emploi du temps 🗓

Si vous avez l’habitude de toujours avoir quelque chose à faire, faites le vide. Laissez-vous du temps pour vous-même. Il y a du bon à s’ennuyer.

Pour en savoir plus sur ce que le minimalisme peut apporter à votre vie, nous vous conseillons de prendre une petite heure et demie (promis ça passe vite !) pour regarder le fabuleux documentaire Minimalism sur Netflix

Il n’essaie pas de convertir au minimalisme, mais partage une recette : il donne les ingrédients pour que chaque personne y trouve son bonheur. 

Moins d’encombrement, moins de charge mentale, moins de dépenses, moins de consommation donc plus de bien-être et plus de disponibilité.

Alors ça vous tente d’essayer ce nouveau style de vie ? 😄

Catégories
Good Vibes

Femmes et argent : stop aux préjugés

En ce 8 mars 2021, la journée internationale des droits des femmes, il est grand temps de casser les clichés, les tabous et les préjugés concernant les femmes et l’argent. 

Vous êtes avec nous ? ✊🏼  

Imaginez-vous au siècle précédent

4 dates pour nous rafraîchir la mémoire sur la place accordée aux femmes dans la société, et par conséquent leur rapport à l’argent :

Jusqu’en 1907, ce sont les hommes qui encaissent les salaires de leur femme. 

En 1942, les femmes ont le droit d’ouvrir un compte en banque personnel mais avec l’autorisation de leur mari. Ça avance, mais l’indépendance financière est encore loin ! 

Ce n’est qu’en 1965 qu’elles n’ont plus besoin de cette autorisation. 

Un an plus tard, en 1966, elles peuvent exercer une activité professionnelle sans le consentement de leur mari. Il était temps !

Les femmes trop dépensières ? Préjugé ! 

La différence entre hommes et femmes concernant l’argent ne s’arrête pas là et les préjugés continuent. Encore aujourd’hui, les françaises sont décrites comme  trop dépensières, pas assez cultivées en finance, peu enclines à épargner et à investir. 

Tout cela est malheureusement une accumulation de pensées héritée du temps où le mot parité n’existait pas. 

Pourtant, une étude menée par le gestionnaire d’actifs Blackrock sur les femmes européennes et l’épargne révèle que les femmes françaises sont les championnes de l’épargne et qu’elles épargnent même plus que les hommes français ! 

Il serait donc temps de tordre le cou à cette idée reçue que les femmes ne pensent qu’à dépenser leur argent, non ? 

Et l’investissement, on en parle ?

L’investissement est un outil qui permet de construire un patrimoine financier sur le long terme.

Mais selon cette étude, lorsque les femmes reçoivent une importante somme d’argent, elles sont moins nombreuses à indiquer vouloir l’investir dans les marchés financiers : 24 % pour les femmes contre 42 % pour les hommes. Et pour celles qui franchissent le cap, elles investissent des montants moins élevés que les hommes.

Pourquoi ? Tout simplement car elles ont tendance à manquer de confiance en leurs connaissances financières. Elles pensent même que les hommes ont de meilleures connaissances qu’elles en la matière. 

Pourtant, lorsque les femmes se lancent et investissent leur argent, elles sont de meilleurs investisseuses que les hommes et obtiennent un meilleur rendement boursier. La raison ?  Si les hommes ont tendance à être très confiants dans leurs décisions,  et à prendre plus de risques avec leur argent, les femmes sont souvent plus rationnelles et investissent seulement lorsqu’elles sont sûres d’elles. Tout à fait en lien avec notre dernier article sur la finance comportementale 😉

Il est donc important d’encourager les femmes à oser parler d’argent. 

On vous a donc concocté 3 astuces pour lever quelques tabous afin de prendre votre indépendance financière. 

C’est parti 👇

N’ayez plus peur de négocier votre salaire 💰

En 2019, tous postes confondus, les femmes sont payées en moyenne 25 % de moins que les hommes en France et perçoivent 9 % de moins que leurs homologues masculins à âge et poste égaux.

Demander une hausse de salaire à votre manager, cela peut être stressant. Il est donc important de le faire en croyant que vous en méritez une, parce que c’est le cas.

  1. Choisissez votre moment : l’un des meilleurs moments pour demander une augmentation de salaire est pendant votre évaluation annuelle. Ce n’est toutefois pas le seul moment où vous pouvez aborder le sujet. Pensez à une autre occasion qui pourrait justifier une telle conversation. Venez-vous de terminer un projet important ? En bref, demandez une augmentation lorsque votre succès est bien présent à l’esprit de toutes et tous. 
  1. Comparez : en 2015, une étude conduite par Glassdoor, une plateforme d’évaluation des sociétés par leurs employés, dévoilait que seulement 37 % des français connaissaient les revenus de leurs collègues. Consultez des sites comme Glassdoor.com pour évaluer ce que d’autres personnes reçoivent pour un emploi comme le vôtre. Ensuite, comparez votre salaire à celui de collègues occupant des postes similaires. Utilisez ces renseignements comme base pour votre demande. Si vous avez fait une recherche sur la norme dans votre industrie, vous aurez l’assurance que la hausse que vous demandez est conforme à votre expérience et vos compétences professionnelles.
  1. Entrainez-vous : faites une répétition de la conversation avec un.e ami.e ou un.e mentor. Votre demande sera plus solide si vous pouvez aussi rappeler à votre manager les raisons pour lesquelles vous méritez une hausse de salaire ; répétez cette partie aussi. Le fait de vous exercer à ce que vous voulez dire vous aidera à mieux gérer la pression et à aller de l’avant comme prévu le moment venu.
  1. Préparez-vous à négocier : quel que soit votre degré de préparation, il est possible que votre demande soit refusée. Si votre manager vous dit non, demandez-lui pourquoi. Vous apprendrez peut-être qu’il y a quelque chose que vous pouvez modifier dans votre travail pour augmenter vos chances d’obtenir une augmentation plus tard, ou vous pourriez être en mesure de négocier une solution de rechange, comme une prime. Parfois, c’est juste une question de budget. Si votre employeur ne peut tout simplement pas offrir plus d’argent, tentez de négocier pour avoir plus de jours de congés payés.

Intégrez votre manager à votre plan : demandez à votre manager ce que vous pouvez faire pour atteindre votre objectif. Quelles nouvelles compétences devez-vous acquérir ? Votre employeur peut peut-être même financer un cours pour vous permettre d’acquérir ces compétences ? Si vous impliquez votre patron dans votre stratégie de carrière, il sera plus investi dans votre succès.

Osez parler d’argent entre femmes 💸

“Nous avons tant à apprendre les unes des autres si nous prenons simplement le temps de discuter.”

Jennifer McDonald, directrice des opérations chez Moka.

Faites-en un sujet courant, en particulier avec d’autres femmes. N’hésitez pas à leur demander comment elles gèrent leur argent, si elles ont des astuces à vous partager. Parlez-vous des difficultés financières, de vos inquiétudes et des solutions pour les surmonter. Trouvez une amie qui vit une situation similaire et devenez partenaires sur le sujet. 

Si vous avez un ou une partenaire, parler d’argent est essentiel pour vous assurer que vous êtes sur la même longueur d’onde et que vous avez votre mot à dire dans les décisions financières importantes.

Osez parler de vos objectifs 🎯

Il est bien plus simple d’économiser et d’investir votre argent vers un projet qui vous tient à cœur, comme des vacances, un projet professionnel, ou votre première maison. 

Discutez de vos objectifs pour lesquels vous économisez, comment vous le faites et surtout, fêtez votre réussite ! 

Vous pouvez aussi fixer des objectifs communs, c’est bien plus facile d’être plusieurs à économiser en même temps 😉

N’ayez pas peur de voir grand. Notre rapport montre que les femmes fixaient des objectifs 42 % moins élevés que ceux des hommes. 

Nos ancêtres se sont battu.e.s pour les droits des femmes, alors, on continue le combat et on ne lâche rien pour que les futures générations féminines ne connaissent pas tout ça ! ✊🏼

Petit bonus : idée lecture. “Les inégalités salariales diminuent lentement, mais les inégalités de richesses suivent la tendance inverse”. Les Glorieuses vous explique tout sur ce sujet dans leur article Orgueil et Préjugés.