Catégories
Économiser Investir

Placements à court terme : faut-il épargner ou investir ?

Vous avez reçu une somme d’argent (prime, chèque…) et vous disposez d’un horizon court terme, de quelques semaines à 2 ans. Vous vous demandez peut-être si le meilleur choix consiste à épargner cette somme (c’est-à-dire la placer sur un support garanti) ou à l’investir (c’est-à-dire la placer dans l’espoir d’obtenir un gain, avec un risque de perte en capital). 

Moka vous aide à y voir plus clair.    


L’épargne, pour protéger ses économies

Les livrets réglementés : des placements garantis et non imposables

Si vous avez un horizon de placement de quelques semaines à quelques mois, les livrets réglementés (Livret A, LDDS…) sont une bonne solution. Leur taux de rendement a été porté à 2% au 1er août 2022. C’est peu au regard de l’inflation, mais les intérêts versés sont exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux. 

Les intérêts sont calculés deux fois par mois : c’est ce qu’on appelle la règle des quinzaines. Il vaut donc mieux déposer son argent la veille du premier jour de la quinzaine qui commence, c’est-à-dire :

  • Le 30 ou le 31 du mois, pour que les intérêts courent à partir du 1er du mois
  • Le 14 ou 15 du mois, pour qu’ils génèrent des intérêts dès le 16 du mois.

Idem pour retirer son argent : en cas de retrait le 30, le 31 ou le 15 du mois, les intérêts produits lors de la quinzaine écoulée seront perdus.

L’argent placé sur un livret est disponible à tout moment, et le capital est garanti.

L’assurance-vie en fonds euros

Contrairement à ce qu’on pense, l’argent déposé sur une assurance vie n’est jamais bloqué. Même sur un horizon court terme, il est donc possible d’en profiter. Le seul inconvénient : avant 8 ans de détention, les gains sont imposables. 

En 2021, le rendement des assurances-vie en fonds euros était de 1,30% en moyenne (source : France Assureurs). C’est dorénavant moins que le Livret A. A court terme, mieux vaut donc se tourner vers les livrets réglementés ! 

Des alternatives avec de meilleurs taux d’intérêt 

Si vous avez des revenus modestes, le Livret d’épargne populaire (LEP) est sans doute votre meilleur allié. Depuis le 1er août 2022, son taux de rendement est de 4,6 %, dans la limite de 7700 euros de dépôts. 

Autre option, ouverte à tous : le compte à terme (CAT). Il s’agit d’un compte d’épargne qui offre un taux d’intérêt généralement plus élevé que ceux des livrets ordinaires, à condition que les sommes déposées restent bloquées pendant un certain temps. A l’ouverture du compte, un versement unique est effectué ; il n’est pas possible de verser de sommes supplémentaires par la suite. Généralement, la durée d’un CAT varie entre 6 mois et 5 ans. Plus longtemps la somme versée est bloquée, plus élevé est le taux de rendement. 

Enfin, si vous avez moins de 25 ans, le Livret Jeune peut être une option intéressante. Son taux est librement fixé par la banque, mais il ne peut pas être inférieur à celui du Livret A (soit 2% par an). Un bémol cependant : la limite de dépôts est fixée à 1600 euros.

L’investissement, pour prendre des risques 

Même sur un horizon court terme, investir en Bourse peut être rémunérateur. Mais il faut pour cela disposer d’une solide culture financière, et accepter de perdre sa mise… 

Vous l’aurez compris, l’investissement est plutôt réservé à celles et ceux qui ont un horizon long terme, c’est-à-dire plus de 8 ans. Sur le temps long, en effet, les marchés boursiers ne font que monter. Par exemple, depuis 1870, l’indice boursier américain S&P500 a gagné en moyenne 7,4% par an ! 

Pour que ce type de placement soit rentable (que vous choisissiez d’investir dans des actions, des obligations, des ETF…), il est donc nécessaire d’être en capacité d’attendre. Et de laisser son argent dormir tranquillement, même lorsque les marchés sont en baisse (comme c’est le cas en ce moment). 

Si l’on veut malgré tout investir, on peut utiliser la méthode dite DCA (pour dollar cost average). Celle-ci consiste à investir de manière régulière une somme d’argent identique sur le même support. Cet investissement à intervalles réguliers permet d’obtenir un prix d’achat moyen moins élevé, et de se protéger de la volatilité des marchés. Mais il ne reste véritablement intéressant que sur le moyen à long terme.

Pour un placement à court terme, mieux vaut privilégier la sécurité

Sur un horizon de quelques semaines à 2 ans, il vaut mieux utiliser son Livret A ou son assurance-vie en fonds euros pour faire fructifier son capital. Autre option, un peu plus intéressante en termes de rendement : le compte à terme. On le trouve dans la plupart des banques traditionnelles ou en ligne. Enfin, on peut utiliser la solution d’épargne de l’application Moka pour épargner sans s’en rendre compte et donc mettre son argent en sécurité ! Les sommes restent disponibles et peuvent être retirées à tout moment, sans frais.

Certes, les taux d’intérêt des produits traditionnels sont relativement bas, surtout au regard de l’inflation actuelle. Mais vous pourriez perdre bien plus en plaçant votre argent sur les marchés boursiers… car cet investissement n’est rentable que sur le long terme.  

Catégories
Astuces Économiser

Comment prioriser ses objectifs financiers ?

Le stress financier est une réalité. Qui ne s’est jamais soucié de l’état de ses finances, ou de sa façon de les gérer ? Pourtant, cette situation n’est pas une fatalité. En reprenant le contrôle sur ses finances, on s’assure une tranquillité d’esprit accrue, ainsi qu’une gestion optimisée des flux entrants et sortants de notre portefeuille. Et cela commence par mettre en ordre ses objectifs financiers. On vous explique comment faire dans cet article.


De l’importance d’avoir un plan 

Chez Moka, nous croyons fermement qu’établir un budget (et s’y tenir !) est un excellent moyen de maîtriser ses finances. C’est en effet ce qui permet de faire face aux circonstances changeantes de la vie et aux aléas du quotidien. C’est aussi ce qui permet d’épargner chaque mois la somme qu’on s’est fixé, au lieu de la dépenser en shopping ou en restaurants. Enfin, c’est ce qui permet d’atteindre ses objectifs, qu’ils soient grands ou petits : se constituer un apport pour un achat immobilier, faire un voyage, fonder une famille, quitter son emploi pour créer une entreprise, ou tout simplement réunir assez d’argent pour s’offrir un nouveau téléphone. 

Mais faire son budget ne suffit pas. Il est également important d’avoir une feuille de route plus large : quelles sont vos priorités sur le court et le long terme ? Quel genre de vie avez-vous envie de mener ? Enfin, pour quel projet devez-vous épargner en priorité ? Pour identifier ces éléments, voici les deux critères essentiels à prendre en compte : 

  • Vos valeurs : une seule question permet de les identifier : qu’est-ce qui est important pour vous dans la vie ? Ou, plus précisément : qu’est-ce qui est prioritaire pour vous ? Est-ce le travail, les loisirs, le fait d’être propriétaire, ou au contraire le fait d’avoir le moins de contraintes possibles ? N’hésitez pas à prendre une feuille de papier et à laisser courir votre imagination. La vie que vous avez envie de mener emporte des conséquences financières, et c’est en fonction de celles-ci que vous pouvez déterminer vos objectifs et vos dépenses prioritaires. 
  • Vos capacités financières : bien peu de gens disposent de ressources illimitées. Faire des compromis par rapport à ses dépenses est donc nécessaire. Rassurez-vous : cela ne signifie pas forcément faire une croix sur ses objectifs ! Il s’agit simplement de s’adapter, en se fixant des limites saines. A ce titre, prenez l’habitude de raisonner par rapport aux ressources dont vous disposez, et non par rapport à celles que vous n’avez pas. 

Savoir identifier et hiérarchiser ses objectifs 

Une fois que vous avez mis de côté toutes vos dépenses incompressibles (loyer, transport, nourriture, factures diverses…), il vous reste une somme d’argent que vous pouvez allouer à vos objectifs. C’est grâce à elle que vous allez pouvoir établir votre plan. 

  1. Commencez par noter tous vos objectifs financiers, qu’ils soient petits ou grands (oui, même s’acheter une nouvelle paire de baskets peut être un objectif !). Ils doivent être suffisamment spécifiques et précis. 
  1. C’est maintenant l’heure de les trier. Pour cela, classez chaque objectif dans l’une des deux catégories de base : les indispensables (ex : devenir propriétaire) et les souhaits (ex : faire un trek en Asie). 
  1. Classez ensuite chaque objectif par ordre chronologique. On distinguera ici les objectifs à court terme, et les objectifs à long terme. Les premiers doivent être réalisés en deux ans ou moins, notamment grâce à une bonne stratégie d’épargne. Les seconds s’étalent sur plus de deux ans : achat d’une résidence principale, constitution d’un fonds pour la retraite, etc. Vous pouvez aborder ces objectifs long terme de manière plus stratégique, grâce à l’investissement. En termes de support, plusieurs choix s’offrent à vous : application Moka, assurance-vie, PEA… 
  1. Prenez ensuite en compte vos valeurs, celles que nous évoquions en début d’article. Cela vous permettra de rendre votre liste d’objectifs encore plus précise. Les objectifs qui s’alignent sur vos valeurs principales doivent ainsi être placés en haut de la liste, tandis que les objectifs secondaires doivent être situés plus bas. Vos valeurs peuvent même vous permettre d’ajuster vos objectifs : par exemple, admettons que vous vouliez absolument vous payer un grand voyage pour vos 30 ans. En vous rendant compte que la destination vous importe finalement peu, vous pouvez viser un endroit plus proche et ainsi réduire un peu la portée financière de cet objectif pour laisser de la place aux autres.
  1. Suivez tous nos conseils pour économiser (pour vos objectifs court terme) et investir (pour vos objectifs long terme). 

La souplesse, un ingrédient à ne pas oublier ! 

Avoir un plan et des objectifs financiers en ordre, c’est bien. Savoir faire preuve de souplesse, c’est encore mieux ! Par exemple, admettons que votre objectif prioritaire sur le court terme soit de constituer un fonds d’urgence. Cela ne signifie absolument pas que vous devez vous priver de tout (vacances, loisirs…) jusqu’à ce que votre objectif soit atteint ! Le plus important est d’être capable de faire des ajustements pour atteindre ses objectifs, sans pour autant renoncer aux à-côtés. A ce titre, rien ne vous interdit d’avoir plusieurs objectifs simultanés *, ou de modifier l’horizon temporel de vos objectifs au gré des événements… et de vos envies. 

*Avec l’application Moka, vous pouvez épargner pour plusieurs objectifs en même temps en créant des cagnottes différentes. Celles-ci peuvent être remplies grâce à l’arrondi automatique ou aux dépôts (récurrents ou ponctuels), en fonction de vos préférences. 

Catégories
Astuces Économiser

Comment se protéger de l’inflation ?

Selon l’Insee, l’inflation a atteint 4,5% sur un an au mois de mars 2022. Soit un niveau inédit depuis 35 ans. Concrètement, la hausse des prix de l’énergie (gaz et électricité) correspond à un surcoût de 32 euros par mois en moyenne, tandis que l’augmentation des prix des aliments, des vêtements et des produits d’hygiène correspond à 30 euros de plus par mois en moyenne. 

Comment, dès lors, faire face à cette hausse générale des prix ? Moka vous livre toutes ses astuces.


Faire baisser sa facture de gaz et d’électricité 

Il existe de nombreuses astuces pour faire baisser le montant de sa facture de gaz et d’électricité. En voici quelques unes : 

  • Installer des multiprises : cela paraît anodin, et pourtant… Saviez-vous que vos appareils en veille consomment beaucoup d’énergie ? Pour éviter tout surcoût, branchez-les à des multiprises et éteignez celles-ci lorsque vous ne les utilisez pas. Avec cette astuce, vous pouvez économiser jusqu’à 80 euros par an. 
  • Opter pour le lavage à 30 degrés : la machine à laver est l’un des appareils électriques qui consomment le plus. Vous avez pris l’habitude de laver vos vêtements à 40 degrés ou plus ? Sachez qu’un lavage à froid (30 degrés ou moins) suffit la plupart du temps. En plus, c’est meilleur pour la planète.
  • Utiliser des ampoules LED : les LED consomment 80% d’électricité en moins que les ampoules classiques. En optant pour des ampoules moins énergivores, vous pouvez ainsi économiser jusqu’à 50 euros par an. 
  • Éteindre sa box Internet : une box allumée en continu peut consommer plus de 200 kWh sur une année, soit l’équivalent de l’utilisation d’une machine à laver. Prenez donc l’habitude de l’éteindre dès que vous ne l’utilisez pas. 
  • Baisser la température du chauffe-eau : en baissant votre thermostat, vous pouvez économiser environ 15 euros par an. La température idéale : entre 50 et 55 degrés. Ni plus, ni moins. 

Privilégier la seconde-main

La revente de vêtements et d’objets permet aux Français.e.s de gagner 67 euros par mois en moyenne. Cela constitue un complément de revenu non négligeable, mais ce n’est pas tout : l’économie circulaire est bonne pour la planète ! 

Depuis quelques années, le marché de la seconde-main est en pleine expansion. Il faut dire qu’il constitue un levier efficace contre la hausse des prix, d’autant que tous les types de biens (ou presque) sont concernés : vêtements, appareils électroniques, livres, meubles… 

Après tout, pourquoi payer le prix fort quand il est possible d’acquérir un bien moitié moins cher ? Pour les vêtements, les livres et les objets d’occasion, on peut ainsi se tourner vers des sites comme Vinted, Ebay, Rakuten ou Leboncoin, mais aussi vers les magasins solidaires Emmaüs ou les ressourceries. Pour l’électroménager et les appareils électroniques, des sites comme BackMarket ou Cdiscount permettent de faire de bonnes affaires. 

Enfin, s’il ne s’agit pas de seconde-main à proprement parler, citons le site The Bradery qui propose les invendus de marques de prêt-à-porter, de meubles et de décoration, à des prix bradés.

 

Mettre en location sa voiture et/ou son appartement 

L’économie collaborative a le vent en poupe. En proposant son appartement ou sa voiture à la location (via des sites comme Airbnb ou Ouicar), on peut ainsi obtenir un complément de revenus intéressant. A condition d’y passer un peu de temps. 

Faire le bon choix en matière de placements

Avec des taux d’intérêt particulièrement bas, les livrets réglementés et les assurances-vie en fonds euros ne sont d’aucun recours face à l’inflation. En réalité, ils vous font même… perdre de l’argent. En effet, lorsque l’inflation est supérieure au taux de rémunération d’un compte épargne (1% pour le Livret A), le rendement de celle-ci devient négatif. 

Si vous acceptez de prendre des risques, il vaut donc mieux investir plutôt qu’épargner. En temps d’inflation, seul l’investissement permet en effet d’obtenir un rendement potentiel. Actions, obligations, parts de SCPI, trackers…  Les possibilités sont multiples. N’oubliez pas également l’investissement socialement responsable proposé par Moka, adapté à votre profil et à votre sensibilité au risque. L’intérêt de ce type d’investissement ?  Les fonds ISR intègrent des critères extra-financiers, comme le développement durable ou la justice sociale, ce qui permet d’allier éthique et performance économique

Privilégier les produits de base au supermarché 

C’est un grand classique pour faire des économies, mais il est toujours bon de le rappeler. Pour faire baisser la facture au supermarché, la meilleure option consiste à acheter des produits de base (fruits, légumes, riz, pâtes…), si possible en vrac, et à fuir autant que possible les produits tout prêts. Par exemple, il est beaucoup plus avantageux de faire ses propres goûters que d’acheter des paquets de gâteaux tout faits. Et en plus, c’est meilleur pour la santé ! Le seul bémol : cuisiner demande un temps dont tout le monde ne dispose pas.

 

Acheter et congeler des produits à DLC courte 

La DLC (date limite de consommation) courte désigne une date limite de consommation proche de la date d’achat. Les produits à DLC courte sont signalés en magasin, et proposés avec un rabais pouvant aller jusqu’à 50% du prix initial. La bonne astuce : se tourner en priorité vers ces produits et les congeler pour en prolonger la durée de vie. 

Se tourner vers les producteurs locaux

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, s’approvisionner auprès de marchés ou de producteurs locaux n’est pas forcément plus onéreux. Parfois, c’est même le contraire. En effet, les produits locaux et de saison sont généralement moins chers, car ils sont dispensés des coûts de transport et de la marge prélevée par les intermédiaires. Tournez-vous vers des sites comme La ruche qui dit oui, Mon-producteur.com ou encore Auboutduchamp.com pour faire vos emplettes. 

Catégories
Astuces Économiser

Comment réduire le montant de ses impôts ?

Vous vous demandez peut-être comment réduire le montant de ce que vous devez en tant que contribuable. Bonne nouvelle : il existe plusieurs moyens accessibles de diminuer son niveau d’imposition. On fait le point dans cet article.

N’oubliez pas de consulter notre précédent article pour mieux comprendre à quoi servent les impôts, et comment ils fonctionnent.


1. Faire des dons 

Lorsque vous faites un don à une association reconnue d’utilité publique, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt. Cela inclut aussi les dons versés à des partis politiques ou à des candidats pour financer leur campagne électorale. 

Les dons accordés aux associations et partis politiques bénéficient d’une réduction égale à 66% des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable. A savoir : les dons versés aux organismes d’aide aux personnes en difficulté et aux victimes de violence conjugale bénéficient d’une réduction de 75%, dans la limite de 1000 euros de dons. 

A savoir : Les micro-dons réalisés dans certains magasins (arrondi solidaire) ainsi que les dons réalisés par SMS ouvrent droit aux mêmes réductions, à condition de pouvoir produire un justificatif.

2. Souscrire à un abonnement à la presse

Le saviez-vous ? Depuis 2022, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt lorsque vous souscrivez un premier abonnement à un titre de presse, d’information politique ou générale, en version papier ou numérique. Cet abonnement doit avoir été souscrit entre le 9 mai 2021 et le 31 décembre 2022, pour une durée de 12 mois minimum.

Le crédit d’impôt au titre de  l’abonnement à un titre de presse est égal à 30 % des dépenses engagées. Vous pouvez en bénéficier quel que soit le montant de vos ressources. 

3. Réaliser un investissement locatif

Cela ne concerne évidemment pas tous les contribuables, mais si vous avez réalisé un investissement dans l’immobilier (acquisition d’un logement destiné à être mis en location), vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le long terme. 

Celle-ci est calculée sur le prix de revient du logement, dans la limite de 300 000 euros. Son taux dépend de la durée de votre engagement à louer le bien : 12 % pour une durée de 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans. Cela fait une réduction maximum de 6 000 euros par an pendant 6, 9 ou 12 ans. Par ailleurs, pendant toute la durée de location du logement, le loyer ne doit pas dépasser un plafond qui dépend de l’emplacement de l’immeuble. 

Plusieurs dispositifs sont ouverts pour réaliser un tel investissement : le dispositif Pinel, uniquement accessible dans l’immobilier neuf, ou encore le dispositif Denormandie pour l’immobilier ancien à rénover.

4. Épargner pour sa retraite

C’est vrai, on n’a pas forcément envie de commencer à épargner pour sa retraite à 25 ou 30 ans… Pourtant, outre le fait que commencer tôt permet de profiter de l’effet “boule de neige” (les intérêts produits augmentent le capital d’année en année), l’investissement dans un Plan épargne retraite permet de profiter d’une réduction d’impôt. Eh oui : les versements que vous effectuez chaque année sur ce support sont déduits de votre revenu imposable, dans la limite d’une enveloppe annuelle. 

Pour les salariés, cette enveloppe est égale à 10 % des revenus professionnels net de frais de l’année précédente, avec un minimum et un maximum qui varient chaque année. Pour les indépendants, elle est égale à 10 % des bénéfices imposables. 

En gros, la réduction d’impôt dont vous pouvez bénéficier dépend de votre tranche marginale d’imposition. Elle est donc particulièrement intéressante si vous êtes fortement imposé.e. 

⇾ Prenons un exemple. Si vous versez 5000 euros par an sur un PER et que vous êtes dans la tranche d’imposition à 30%, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 1500 euros. Cette réduction s’élève à 550 euros si vous êtes dans la tranche d’imposition à 11%.

5. Investir dans le capital d’une PME

Lorsque vous investissez dans le capital d’une PME, que ce soit en direct ou via un fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI) ou un fonds d’investissement de proximité (FIP), vous bénéficiez d’une réduction d’impôt égale à 25 % des sommes versées.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un tel investissement n’est pas réservé aux plus aisés ! Il est tout à fait possible d’investir 50, 100 ou 150 euros dans une PME, de la même façon qu’on peut acquérir des actions de grandes entreprises à tous les prix. 

En cas de souscription en direct, la réduction d’impôt est basée sur la totalité du montant des versements. En revanche, en cas de souscription par le biais d’un FCPI ou d’un FIP, elle se base sur le quota d’investissement dans des PME éligibles que ces fonds s’engagent à atteindre (il doit être de 70 % au minimum). Quoi qu’il en soit, la réduction d’impôt n’est acquise définitivement que si vous conservez vos parts ou vos actions jusqu’au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de la souscription. 

Et aussi… 

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt égal à 50% des dépenses payées pour la garde de vos enfants de moins de 6 ans, à l’extérieur de votre domicile. L’emploi d’un salarié à domicile (jardinier, aide-ménagère…) permet également de bénéficier d’une réduction d’impôt, quel que soit le montant de ses revenus. 

Bien entendu, cette liste est non exhaustive : il existe en tout… 471 niches fiscales en France ! 

 

 

Catégories
Économiser

Le kakeibo, méthode japonaise pour épargner et gérer son budget

La méthode kakeibo a été inventée en 1904 par Hani Motoko, la première femme journaliste au Japon. Au départ utilisé comme système de gestion du budget familial, le kakeibo (qui signifie “livre de comptes”) est aujourd’hui devenu une méthode efficace pour gérer son argent et épargner régulièrement. 

Le concept est simple : au début de chaque mois, vous réfléchissez à ce que vous allez dépenser, ce que vous allez épargner et ce qu’il faut faire pour atteindre ces objectifs. A la fin du mois, vous dressez ensuite un bilan de vos dépenses et de votre épargne. 

Voici comment mettre en place cette méthode, étape par étape. 


1. Se focaliser sur l’épargne 

La méthode kakeibo exige que l’on repense son attitude à l’égard de l’argent, et plus particulièrement de la tenue d’un budget. Il s’agit en effet de voir les dépenses comme un moyen… de mettre de l’argent de côté. Ça semble paradoxal ? En réalité, ça ne l’est pas : le kakeibo nous incite à “bien dépenser” notre argent pour “bien épargner”. 

En gérant soigneusement son budget, on peut en effet apprendre à ne dépenser que ce qui est nécessaire, et ainsi épargner pour des projets qui nous tiennent à cœur. Mettre de côté ne doit pas être vu comme une corvée, mais comme une dépense nécessaire, et un moyen d’obtenir ce que l’on veut (un vélo, un voyage, une nouvelle paire de baskets, peu importe !). Bien évidemment, le montant de votre épargne doit être fonction de vos revenus. Il n’est pas question de s’acharner à mettre beaucoup d’argent de côté quand on a un petit salaire et qu’on a déjà du mal à joindre les deux bouts. 

2. Mettre les choses par écrit

De nos jours, les finances sont dématérialisées. Qu’il s’agisse de consulter son relevé bancaire en ligne ou de dépenser son argent avec sa carte bleue, on ne “voit” pas vraiment passer l’argent. Cela n’aide pas à prendre conscience de son importance. En utilisant un carnet et en couchant ses dépenses sur le papier, on retrouve du temps, du concret, et l’on fait plus attention aux détails. En d’autres termes, on fait soudain plus attention à ce que l’on dépense. 

La méthode kakeibo exige qu’à chaque début de mois, vous écriviez sur un carnet le montant dont vous disposez. Déduisez ensuite vos frais fixes (loyer, courses alimentaires, factures…) de ce montant. Il doit vous rester une somme, que vous pouvez choisir d’épargner en partie ou au contraire de dépenser. L’objectif est de vous aider à savoir combien d’argent rentre sur votre compte, combien d’argent doit sortir, et combien d’argent peut sortir sans vous mettre en difficulté.   

3. Faire la différence entre besoins et désirs

Si vous avez fait l’exercice précédent, vous savez de combien d’argent vous disposez chaque mois une fois les dépenses fixes déduites. Il s’agit maintenant de voir ce que vous en faites. 

La méthode kakeibo consiste à diviser vos dépenses en différentes catégories. 

Par exemple : voyages, repas à l’extérieur, cafés, loisirs, habillement, etc. Effectuer cette distinction vous permet de voir exactement où va votre argent. 

Une fois cet exercice réalisé, vous pouvez maintenant faire le tri entre vos « besoins » (ce qui est nécessaire) et vos « envies » (ce dont vous pouvez vous passer). Par exemple, manger est un besoin, tandis que se faire livrer des repas 2 fois par semaine est un désir. 

Bien évidemment, il n’est pas question de se couper de tous les plaisirs, mais simplement de voir que certaines habitudes représentent un coût que l’on peut facilement diminuer. 

4. Utiliser des espèces plutôt qu’une carte bancaire

Même si les cartes bancaires sont extrêmement pratiques au quotidien, elles nous rendent aussi moins vigilants et responsables vis-à-vis de nos dépenses. En revanche, utiliser de l’argent liquide permet de mieux en appréhender la valeur, et d’éviter les dépenses inutiles. 

La méthode kakeibo propose donc de retirer de l’argent au début de chaque mois et de le répartir dans des enveloppes étiquetées. Vous pouvez par exemple utiliser des enveloppes pour les repas que vous prenez à l’extérieur, ou pour vos sessions shopping. Cela vous “freinera” mécaniquement, puisque vous ne pourrez pas dépasser la somme qui s’y trouve. Une bonne manière de respecter le plafond de dépenses que l’on s’est fixé ! Et si vous avez absolument besoin de faire un plus gros achat, rien ne vous empêche d’utiliser votre carte bancaire. 

5. Faire le bilan chaque mois 

A la fin de chaque mois, reprenez votre carnet et passez en revue vos dépenses. Avez-vous réussi à tenir vos objectifs ? Combien avez-vous dépensé et épargné ? Fixez-vous ensuite de nouveaux objectifs à atteindre pour le mois suivant, en fonction de votre situation et de vos revenus. Le but n’est jamais de culpabiliser, mais simplement de s’astreindre à une certaine discipline. 


➤ Vous souhaitez en savoir plus sur cette méthode ? N’hésitez pas à consulter le livre “L’art d’économiser à la japonaise”. 

Et si vous pensez manquer de discipline ou ne vous sentez pas prêts à suivre une telle organisation, pensez à télécharger Moka
Moka est une application qui épargne automatiquement pour vous sans que vous vous en rendiez compte, notamment grâce à la technique de l’arrondi à l’euro supérieur. Vous pouvez également investir votre argent dans plusieurs fonds labellisés ISR (Investissement socialement responsable), qui permettent de concilier performance économique et impact social et environnemental. 
N’hésitez pas à consulter notre FAQ pour en savoir plus. 
Catégories
Astuces Économiser

Faire des économies sur son budget vacances

Vous le savez : chez Moka, on ne vous encouragera jamais assez à mettre de l’argent de côté ! On a pensé que quelques conseils pour faire des économies sur le (gros) poste de dépenses que sont les vacances seraient les bienvenus. 

Suivez donc le guide.   


1. Faites de votre épargne une priorité 

Mettre de l’argent de côté est souvent considéré comme une tâche rébarbative. Pourtant, il suffit de changer de perspective ! Et si vous considériez l’épargne comme une dépense fixe, au même titre que vos factures ou votre loyer ? En programmant un virement automatique chaque mois, par exemple, vous vous assurez de tenir vos objectifs. Et surtout : vous disposerez à la fin d’une somme que vous pourrez librement utiliser pour vos vacances ! Vous pouvez également utiliser la technique de l’arrondi proposé par Moka, qui arrondit automatiquement toutes vos dépenses à l’euro supérieur et met la différence de côté. Cela permet d’économiser sans même s’en rendre compte.   

  • N’hésitez pas à consulter nos articles spécifiquement dédiés à l’épargne, vous y trouverez de nombreux conseils pour débuter.  

2. Utilisez les comparateurs de prix

Trivago, Kayak, Liligo… Il existe de nombreux comparateurs qui vous permettent de comparer les prix des transports (train, avion) et des hôtels à une période donnée. Non seulement c’est un bon moyen de trouver les meilleurs prix (surtout si l’on est flexible sur les dates), mais l’on peut également bénéficier de fonctionnalités telles que les alertes de prix. 

Pour les billets d’avion, pensez également à Skyscanner ou Google Flights, qui vous permettent de trouver le prix le plus bas pour votre vol. 

A noter : vous avez trouvé un hôtel qui vous plaît ? Avant de réserver, pensez à consulter le site Internet de l’établissement. Etonnamment, si vous réservez votre séjour en direct, les prix sont souvent moins chers que si vous passez par de grandes centrales de réservation comme Booking.com. 

3. Réservez au premier… ou au dernier moment 

En réservant son billet ou son séjour quatre, cinq voire six mois à l’avance, il est possible de diminuer son budget de 15 à 30%. D’où l’intérêt de s’y prendre tôt ! Mais l’inverse… est aussi vrai. En réservant au tout dernier moment (sur des sites spécialisés comme Lastminute.com, par exemple), il est ainsi possible de bénéficier de rabais pouvant aller de -50 à -70%. Seule condition : être très flexible sur les dates. 

4. Partez de l’étranger pour vos vols internationaux

Le saviez-vous ? Partir d’un aéroport international étranger comme Londres, Bruxelles ou encore Genève permet souvent d’économiser plusieurs centaines d’euros sur les vols long-courrier. Si vous pouvez faire le déplacement, n’hésitez pas à comparer les prix au départ des capitales européennes : il est possible de faire de bonnes affaires ! 

Un conseil : une fois que vous avez trouvé un vol intéressant, n’attendez pas pour réserver. Le prix risque en effet d’augmenter, car les tarifs évoluent en permanence. La clé est donc de réagir rapidement. 

5. Branchez-vous sur les ventes privées 

Que vous ayez déjà une destination en tête ou pas, les ventes privées sont un excellent moyen d’économiser de l’argent. Des sites comme Voyage Privé ou Idiliz proposent en effet des rabais sur de nombreux séjours, en France comme à l’étranger. 

Attention toutefois à bien lire les conditions de vente avant de réserver ! 

6. Profitez du cashback 

Si vous réservez en ligne (des nuits d’hôtel, un billet de train, etc), pensez au cashback ! Il s’agit d’un service proposé par des sites comme iGraal ou Ebuyclub, qui permet d’être remboursé d’une partie de ses achats. C’est particulièrement intéressant sur les grosses sommes : n’hésitez donc pas à en profiter ! 

7. Mettez votre logement en location pendant les vacances

Mettre son logement en location pendant son absence est un bon moyen de générer des revenus de manière passive. Cela permet aussi de rembourser une partie de la somme déboursée pour ses vacances ! 

Pour cela, vous pouvez bien sûr passer par Airbnb, mais d’autres sites proposent le même type de prestations : Abritel (son concurrent français), Wimdu ou encore Vrbo

8. Réalisez un “worksheet” pour les vacances

Que ce soit sur Excel ou sur un bon vieux carnet, vous pouvez réaliser un tableau qui détaille précisément votre budget. Ce tableau aura pour fonction de dresser la liste de toutes les dépenses que vous devez engager pour vos vacances : 

  • transport, 
  • hébergement,
  • frais de nourriture,
  • loisirs, etc. 

L’objectif est d’anticiper chaque dépense et de s’organiser en fonction, par un effort d’épargne un peu plus soutenu les mois précédant le séjour par exemple. 

Vous ne savez pas par où commencer ? Pensez à consulter notre article sur l’ABC du budget. 

N’hésitez pas également à consulter des sites tels que Pinterest, où vous pourrez retrouver des modèles de tableaux de budget dédiés aux vacances. Nous vous présentons ci-dessous, à titre d’exemple, un tableau qui pourra vous servir de modèle. Ce tableau peut également vous servir pour organiser les dépenses plus facilement si vous partez à plusieurs.

Catégories
Astuces Économiser

Manger sainement avec un petit budget

En moyenne, les Français.e.s consacrent 17% de leur budget à l’alimentation. Une part qui a diminué au fil du temps, sachant qu’ils y consacraient près de 30% de leur budget en 1960 ! Pourtant, les courses alimentaires (sans compter les repas pris dehors) peuvent vite peser lourd dans un budget. Et ce, d’autant plus que l’on n’a pas un salaire très élevé. Comment, dès lors, manger sainement (et se faire plaisir) sans mettre le feu à son porte-monnaie ?

Suivez nos conseils !


Avant d’acheter…

On connaît la règle : ne pas faire ses courses le ventre vide. Une autre – tout aussi importante – pourrait être de ne pas faire ses courses sans avoir regardé ses placards ! Cela permet de ne pas faire d’achats inutiles et/ou superflus, et ainsi de maîtriser ses dépenses. De même, il peut être intéressant de faire une liste de courses, en fonction de quelques idées de menus pour la semaine. L’idéal est d’acheter des produits qui pourront être utilisés dans plusieurs recettes différentes (sauce tomate, riz, légumes, viande ou poisson si vous en mangez, etc). 

Sans liste de courses, le risque est d’attraper des produits au hasard dans les rayons et de ne pas vraiment savoir comment les cuisiner une fois rentré.e à la maison. Résultat : un retour au supermarché dans les jours qui suivent, et des dépenses supplémentaires…

Au moment de faire les courses…

Savez-vous ce qui coûte le plus cher au supermarché ? La réponse est : les produits tout faits, comme les plats préparés ! L’idéal est donc d’acheter des produits bruts, y compris surgelés ou en conserve. Par exemple : 1 kilo de carottes plutôt qu’une barquette de carottes râpées, des fruits en vrac plutôt qu’une salade de fruits toute prête, du vinaigre et de l’huile plutôt qu’une sauce en bouteille… Certes, cela demande un peu plus de temps de préparation, mais vous ferez sur le long terme de nombreuses économies. C’est d’autant plus intéressant que les produits bruts sont largement meilleurs d’un point de vue nutritionnel. 

Privilégiez également les produits les moins chers, comme les fruits et les légumes. Selon la 3e étude individuelle nationale des consommations alimentaires (INCA 3), menée entre 2014 et 2015, les Français.e.s consomment trop de produits d’origine animale (essentiellement viande et poisson). Une surconsommation qui a un impact direct sur notre santé et sur notre porte-monnaie, mais aussi sur l’environnement. Or, réduire la part de protéines animales dans notre alimentation permet de faire des économies. 

Pensez également au rayon vrac, particulièrement intéressant pour certaines catégories de produits (riz, pâtes, amandes, café, thé…). 

Tenté.e d’acheter par lots ? Méfiez-vous : ils ne sont pas forcément moins chers qu’à l’unité ! De manière globale, abordez les “offres promotionnelles” avec prudence. Il ne s’agit bien souvent que d’une technique marketing. 

Une autre règle à suivre : privilégier les fruits et les légumes de saison. Ils sont la plupart du temps moins chers que ceux qui ne sont pas de saison, en plus d’avoir plus de goût et d’être plus intéressants sur le plan de la nutrition. 

Enfin, si vous faites le marché, une bonne astuce est de s’y rendre au moment où les commerçants commencent à ranger leurs étals. C’est le moment idéal pour faire des bonnes affaires et acheter des produits bradés ! Voire même… récupérer des produits gratuits.

Pensez également à télécharger des applications comme Coupon Network, qui propose des bons de réduction sur certains produits de consommation courante. Utilisez l’application Moka pour créer une cagnotte spéciale “petits plaisirs”, par exemple, pour des produits que vous n’achetez pas souvent car ils sont au-dessus de votre budget habituel.

En prenant ses repas dehors… 

Manger dehors peut être une contrainte (professionnelle notamment) aussi bien qu’un plaisir. C’est aussi et surtout une source de dépenses importante. Comment, dès lors, réduire la note ? 

Première astuce : établir un budget mensuel pour les repas pris dehors. L’objectif : ne pas le dépasser ! Pour le respecter, vous pouvez retirer chaque mois un montant fixe et payer vos repas en liquide. C’est un moyen efficace de voir ce que l’on dépense réellement, contrairement aux paiements par carte bancaire, plus difficiles à tracer car “immatériels”. 

Vous avez pris l’habitude d’acheter chaque midi votre repas à la boulangerie ? Pourquoi ne pas plutôt faire vous-même vos sandwiches, ou amener votre repas dans un Tupperware ? Vous pouvez les préparer à l’avance, le week-end par exemple, et les congeler en attendant. Cela s’inscrit dans une grande tendance appelée batch cooking, qui consiste à planifier et préparer ses repas de la semaine en amont. A la clé : des économies de plusieurs centaines d’euros par mois, et une charge mentale allégée ! 

Enfin, si vous allez souvent au restaurant et que vous souhaitez faire des économies, privilégiez les plats végétariens (généralement moins chers) et évitez les boissons, qui font très vite grimper l’addition ! 

Dernière petite astuce : épargner un peu chaque mois (par exemple : 20 ou 30 euros sur chaque salaire) pour se faire plaisir avec des repas au restaurant, des brunchs, etc. Vous pouvez le faire facilement et sans efforts avec l’application Moka. L’idée est de faire de ces sorties des dépenses “plaisir” et occasionnelles, plutôt que de prendre l’habitude de dépenser sans compter. 

Catégories
Économiser

Avoir plusieurs comptes bancaires : un atout pour vos finances ?

43% des français.e.s ont des comptes dans plusieurs banques différentes : c’est ce qu’on appelle la multibancarisation. La pratique est donc fréquente (et devrait encore augmenter), mais quels atouts possède-t-elle pour vos finances ? On vous explique tout. 


Banque traditionnelle et banque en ligne, un duo gagnant

Les banques en ligne connaissent un succès grandissant. Près d’un quart des usagers bancaires (22%) y détiennent au moins un compte. Mais, loin de remplacer les banques traditionnelles, elles tendent plutôt à les compléter. Il faut dire que cette association est très avantageuse pour les client.e.s. Pourquoi ? Voici quelques raisons : 

  • Conserver un compte dans une banque traditionnelle permet d’avoir accès à des distributeurs automatiques, des conseillers et des modes d’encaissement pour les chèques et l’argent liquide, tout en bénéficiant des avantages des banques en ligne. 
  • Parmi ces avantages : l’obtention d’un second compte bancaire et d’une seconde carte de paiement sans frais, l’accès à des produits d’épargne qui proposent un meilleur rendement (par exemple : des contrats d’assurances-vie), l’accès à des services avantageux (cartes bancaires haut de gamme, assurances voyage, etc.), la possibilité de tout gérer à distance et à tout moment, et un véritable gain de temps. 

En somme, associer banque traditionnelle et banque en ligne permet de profiter des avantages de chacune, et de bénéficier d’une flexibilité et d’une autonomie accrues. 

Profiter d’avantages divers 

La multibancarisation permet de faire jouer la concurrence, et de profiter des services et des avantages de différentes banques. Par exemple, certaines banques proposent des primes de bienvenue, des cartes bancaires sans frais à l’étranger, ou encore des comptes professionnels à des tarifs avantageux. 

Diversifier ses placements 

Avoir un ou plusieurs comptes dans une banque, c’est bien. Mais si la banque concurrente proposait des produits d’investissement plus avantageux, c’est-à-dire dotés d’un meilleur rendement ? La multibancarisation vous permet ainsi de miser sur différents supports qui présentent chacun un intérêt particulier, et de ne pas dépendre d’un seul actif. Or, on sait que la diversification est la clé en matière d’investissement. Pourquoi ? Car cela permet aux investisseurs de combiner plusieurs variables telles que l’horizon de placement ou les actifs choisis, d’optimiser leurs performances, et enfin de lisser les risques de pertes en capital. En d’autres termes, il s’agit tout simplement de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. 

Par exemple, vous pouvez ouvrir un Livret A dans votre banque traditionnelle pour votre épargne de précaution et créer un compte dans l’appli Moka pour investir automatiquement votre argent dans des portefeuilles diversifiés. A chaque support correspond ainsi un objectif.   

Assurer ses fonds 

Disposer de plusieurs comptes bancaires permet de bénéficier de plafonds d’assurances multipliés en cas de crise financière. En effet, le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) garantit les avoirs des clients jusqu’à 100 000 euros par personne et par établissement bancaire. Autrement dit, si vous êtes client d’une seule banque dans laquelle vous avez 300 000 euros, vous ne serez indemnisé qu’à hauteur de 100 000 euros. En revanche, si vous avez réparti cette somme dans 3 banques différentes, vous récupérerez vos fonds. 

Bon, on vous dit ça mais dans les faits, il y a très peu de chances que cette situation se présente. Reste que certain.e.s seront rassuré.e.s de savoir que la multibancarisation leur permet de mieux protéger leur argent ! 

Mieux gérer ses finances 

Enfin, posséder plusieurs comptes bancaires permet tout simplement de mieux gérer ses finances. Comment ? Il s’agit en réalité de dédier chacun de ses comptes à une activité précise (dépenses incompressibles du type loyer ou factures, compte joint, activité professionnelle, épargne en vue d’un projet précis…). En séparant chaque domaine, on accède en effet à plus de flexibilité dans ses paiements. Eh oui : pouvoir jongler avec plusieurs cartes bancaires permet de déjouer les limites des plafonds de paiement, et d’avoir une solution de repli en cas de découvert ou de dépassement de plafond, ou même de vol ou de perte de carte bancaire. 

C’est aussi s’offrir la possibilité de bénéficier d’un panel de supports élargi. On peut par exemple décider que tel compte bancaire sera uniquement destiné aux dépenses de loisirs et de voyages, et éviter ainsi de piocher dans son compte courant au moment de réserver des billets de train imprévus. Cela constitue en quelque sorte une sécurité supplémentaire, à la manière d’un coussin Airbag dans une voiture ! Pour plus de conseils pour gérer ses finances personnelles, consultez notre article dédié.


A noter : s’il est tout à fait possible d’avoir plusieurs comptes bancaires (en réalité, vous pouvez en ouvrir autant que vous voulez !), il n’est en revanche pas autorisé de détenir plusieurs livrets réglementés. Ainsi, vous ne pouvez ouvrir qu’un seul Livret A ou un seul PEL. Cette interdiction s’explique par le fait que ces produits d’épargne sont exonérés d’impôt, ce qui limite leur utilisation. Peu importe la banque dans laquelle vous les ouvrez, il s’agit de produits réglementés par l’Etat : leurs taux d’intérêts et plafonds restent donc les mêmes partout.

Catégories
Économiser

Comment réaliser des économies sur sa facture d’énergie ?

Entre volonté de protéger la planète ou besoin de faire des économies, il n’y a que des bonnes raisons pour souhaiter faire des économies d’énergie. Ceci, d’autant plus que les récentes hausses des prix de l’électricité et du gaz frappent durement un nombre grandissant de foyers. Heureusement, les derniers progrès techniques et mesures gouvernementales permettent de faire baisser sa facture d’énergie autrement que par des petits gestes.


Où faire des économies d’énergie

Si les petits gestes du quotidien ont leur importance, ce n’est cependant pas eux qui vont pouvoir aider à faire réellement baisser une facture d’énergie. Il faut en effet chercher à optimiser les postes de dépenses énergétiques les plus importants, comme le chauffage. Se chauffer est responsable de près de 60% des dépenses en gaz et en électricité d’un foyer, optimiser celui-ci permet donc d’avoir un fort effet de levier sur sa facture. Il existe pour cela deux méthodes principales : le choix d’une meilleure isolation ou d’un meilleur moyen de chauffage. L’isolation n’est ici pas à négliger, de manière assez simple, s’il y a moins de chaleur qui sort de votre logement, vous avez moins besoin d’en produire et vous consommez donc moins d’énergie. Afin de vous aider à mieux isoler votre logement, il existe de nombreuses aides gouvernementales et locales. Cette volonté de vous aider à financer vos travaux d’isolation a pour but de faire rentrer la France dans les accords de Paris sur le climat, mais ils vous permettent surtout de rentabiliser votre isolation en seulement quelques années grâce aux économies d’énergie. De plus, isoler votre logement ne fait pas que réduire votre facture d’énergie. Cela apporte également un meilleur confort de vie avec une chaleur qui est plus homogène grâce à une meilleure répartition de celle-ci au sein de votre logement. Il est également obligatoire d’effectuer un diagnostic d’efficacité énergétique de votre logement avant sa vente ou sa location. Avoir une bonne isolation permet donc de négocier un meilleur prix de vente.

La deuxième option pour faire baisser votre facture est de vérifier l’âge de votre chauffage. Il existe en effet des moyens de se chauffer bien plus économes en énergie que les traditionnels radiateurs à eau et radiateurs “grille-pains”. Ces derniers peuvent coûter jusqu’à 2000€ par an en énergie, quand les modèles récents de pompes à chaleur air-eau ne coûtent, elles, que 600€. Enfin, une des dernières techniques pour réaliser des économies sur votre facture d’énergie, est d’opter pour un thermostat intelligent. Ceux-ci permettent en effet de choisir avec une grande précision la température et les temps de chauffe. Cela permet donc de ne lancer le chauffage de votre logement que lorsque vous êtes sur le chemin du retour du travail par exemple.

Choisir son énergie : comment réduire sa facture

Mis-à-part votre chauffage, les autres gros postes de dépenses, là où on peut faire le plus d’économies d’énergie, sont moins connus. Le deuxième poste est en effet l’eau chaude sanitaire. Afin de réduire cette partie de votre facture d’énergie, il est donc conseillé de vérifier l’âge et le modèle de votre chauffe-eau. Il existe peut-être des modèles plus récents qui sont plus économes en énergie. Afin de réduire sa facture d’énergie, il est également conseillé de vérifier si l’on est bien chez un fournisseur à petits prix. En effet, depuis maintenant plus de 10 ans, le secteur de l’énergie a été ouvert à la concurrence. Si vous êtes toujours chez un acteur historique comme EDF ou Engie, il est donc possible que vous payiez votre kWh d’électricité ou votre m³ de gaz plus cher que vous ne le pourriez. Afin de vérifier que vous payez bien votre énergie la moins chère possible, vous pouvez vous rendre sur un comparateur d’électricité. Vous pourrez y comparer directement toutes les offres du marché afin de pouvoir choisir celle qui vous convient le mieux. Il existe également des fournisseurs écologiques, ce qui permet de non seulement faire des économies de facture d’énergie, mais également de moins polluer !

De plus, il est possible de faire installer des panneaux solaires sur votre toit, si vous habitez dans une maison. Cette option permet en effet de faire de belles économies sur votre facture d’énergie, rentabilisant donc vos travaux en quelques années. Et vous l’aurez compris, c’est encore un moyen de faire baisser la facture tout en faisant du bien à la planète.

Catégories
Astuces Économiser

Qu’est-ce que l’inflation, et comment m’impacte-t-elle au quotidien ? 

En 2021, l’inflation (c’est-à-dire la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale des prix) a atteint le niveau record de 2,8% en France et 5,1% dans la zone euro. Une mauvaise nouvelle pour nos portefeuilles, assurément. 

Mais au-delà de ces pourcentages théoriques, qu’est-ce qui change concrètement ? Quel impact a l’inflation sur nos vies quotidiennes, et comment s’en protéger ? Voici quelques réponses.  

Comment calcule-t-on l’inflation ? 

Pour calculer le taux d’inflation, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) s’appuie sur l’indice des prix à consommation (IPC), qui est établi sur la base d’un panier de biens et de services actualisé tous les ans. Chaque bien ou service qui figure dans ce panier a un prix qui varie au fil du temps. Le taux d’inflation annuel se calcule donc en comparant le prix total du panier au cours d’un mois donné à celui relevé pour le même mois de l’année n-1. 

Seuls les prix moyens de groupes de produits sont pris en compte. Chaque groupe (par exemple : l’alimentation) est pondéré dans l’indice global, proportionnellement à la place qu’il occupe dans les dépenses des consommateurs. Celui-ci est exprimé en base 100 et définit le taux d’inflation. A titre d’exemple, un indice de 102 représente 2% d’inflation. 

A quoi est due l’inflation ?

La hausse généralisée des prix que l’on observe depuis plusieurs mois n’a pas une cause unique. En réalité, plusieurs facteurs concourent à l’inflation, et ils sont liés à la conjoncture économique actuelle. 

On peut d’abord citer la reprise de l’économie mondiale en 2021, à la suite de la crise du Covid-19. Cette réouverture rapide a causé des difficultés d’approvisionnement pour les entreprises. Celles-ci répercutent donc les coûts sur leurs clients, en appliquant des prix plus élevés. 

L’augmentation des tarifs de l’énergie est un autre facteur. Elle est elle-même due à plusieurs raisons (de mauvaises conditions météorologiques, notamment), et a entraîné une progression rapide des prix. L’inflation que nous connaissons actuellement serait ainsi attribuable pour moitié à la hausse des prix de l’énergie.

Enfin, dernier facteur : l’effet de base. Ce phénomène, qui devrait s’estomper rapidement, signifie que l’inflation est particulièrement forte parce que les prix étaient anormalement bas les années précédentes. 

Quel est son impact sur ma vie quotidienne ? 

Lorsque les prix augmentent, ce sont les consommateurs qui sont les premiers impactés. Première conséquence : la perte de pouvoir d’achat. Ainsi, de nombreux aliments ont vu leur prix augmenter. Selon l’association Familles Rurales, le prix des fruits et légumes a augmenté de +9% par rapport à 2019. Les chiffres de l’INSEE montrent également une hausse du prix des aliments de base, tels que les pâtes ou le sucre. 

Le prix du plein d’essence est également impacté. En un an, en effet, le prix d’un plein de 40 litres a augmenté de 12€ en moyenne. Pour les français.e.s qui prennent leur voiture tous les jours pour aller travailler, la facture est salée. 

Et ce n’est pas tout : les prix de l’énergie s’envolent également, avec une facture de gaz qui a grimpé de 45% entre janvier et octobre 2021. L’électricité suit le même chemin, avec une hausse continue depuis 10 ans. 

Enfin, à un niveau macro-économique, l’inflation produit d’autres conséquences : elle pénalise le commerce extérieur, et a tendance à engendrer des taux d’intérêt élevés

Comment puis-je me protéger de l’inflation ? 

Lorsque les prix augmentent de manière généralisée, il est tentant de penser que l’on ne dispose d’aucune marge de manœuvre. Pourtant, choisir les bons supports de placement pour son argent permet de se protéger (un peu) des conséquences de l’inflation. 

Tout d’abord, un constat : la majorité des placements privilégiés par les français ne rapporte quasiment plus rien. Actuellement, les Livrets A et les contrats d’assurance-vie en fonds euros affichent un taux moyen de 1%… avant inflation. C’est ce qu’on appelle le rendement actuariel. 

Le rendement réel de ces placements, c’est-à-dire le rendement auquel on a retranché le taux d’inflation, est donc moindre. Il en résulte même un taux négatif ! Cela veut dire que vous finissez par perdre de l’argent au lieu d’en gagner.

De la même manière, les livrets bancaires et les plans d’épargne continuent à faire perdre de l’argent aux épargnants avec des taux de rendement réel négatifs. Pour faire fructifier son argent, il vaut donc mieux prendre quelques risques en se tournant vers des produits d’investissement.  

En d’autres termes : lorsque l’inflation repart à la hausse, il est plus intéressant d’investir son argent que de l’épargner. 

Pour cela, on peut investir via une assurance-vie en unités de compte (il s’agit de supports d’investissement tels que des actions ou des obligations, pour lesquels le risque de perte mais aussi de gain est plus élevé) ou un Plan d’Epargne en Actions (PEA). On vous en dit plus sur ces produits d’investissement dans cet article

Enfin, pour investir plus simplement, pensez également à Moka, qui propose trois portefeuilles d’investissement (selon votre profil) dans des fonds socialement responsables. Accessibles à partir de 1€, ils sont sans limite d’épargne ni d’investissement. En cas de besoin, vos fonds peuvent être retirés à tout moment.

Catégories
Économiser

Pourquoi je n’arrive pas à mettre de côté ?

De nombreuses personnes éprouvent des difficultés à épargner chaque mois. Et ce n’est pas forcément une question de salaire : il est tout à fait possible de bien gagner sa vie, et de ne pas parvenir à mettre de l’argent de côté. Pourquoi ? Comment y remédier ? 


Quand l’irrationalité nous guette…

Contrairement à ce que prétendent certains modèles économiques (tels que le modèle néoclassique), nous ne sommes pas des individus parfaitement rationnels, qui prennent en toutes circonstances les décisions les plus adaptées à leur situation. En matière d’argent, nous aurions même tendance à nous montrer plutôt… irrationnels ! La bonne nouvelle, c’est que ces comportements peuvent être modifiés. La mauvaise, c’est qu’ils ont un impact certain sur nos finances, et sur la façon dont nous arrivons (ou pas) à épargner. 

L’un des biais dont nous sommes victimes est le biais de disponibilité. Celui-ci consiste à privilégier les informations immédiatement disponibles à notre esprit pour répondre à une question donnée ou prendre une décision. Prenons l’exemple de Chloé, dont le compte courant affiche la somme de 1200 euros. Chloé passe devant la vitrine d’un magasin et décide de s’acheter une magnifique paire de chaussures à 200 euros. Après tout, pense-t-elle, elle a assez d’argent pour se faire plaisir. Même après cet achat, il lui restera 1000 euros ! Sauf que Chloé oublie de prendre en compte le fait que dans 2 jours, elle devra payer son loyer, puis sa facture d’électricité, et juste après son forfait Internet. Soit une somme totale de 800 euros. Quelques jours après son achat, Chloé doit donc se rendre à l’évidence : son compte courant est bien dégarni, et surtout : elle ne peut plus épargner comme elle se l’était promis. 

Chloé n’est pas un cas isolé. La plupart des gens ont l’impression d’être plus riches qu’ils ne le sont, notamment lorsqu’ils ont de l’argent sur leur compte en banque. Résultat : ils prennent des décisions économiques irrationnelles, qui impactent à terme leurs capacités d’épargne (entre autres). 

La solution : se payer en premier

Remettre de la rationalité dans ses finances n’est pas toujours facile, d’autant que notre rapport à l’argent est sous-tendu par de nombreuses problématiques intimes. 

Une bonne solution consiste donc à se payer en premier, c’est-à-dire à mettre de côté un pourcentage de ses revenus dès le jour où on les reçoit. Pour cela, il est possible de mettre en place un virement programmé, par exemple de notre compte courant à notre assurance-vie (ou tout autre support d’épargne). L’objectif : séparer cet argent de votre compte courant, où sont réalisées toutes vos transactions quotidiennes, et le rendre indisponible. 

Épargner de manière automatique une partie de ses revenus permet de faire croître son argent avec le temps. Rappelez-vous : l’important n’est pas le montant qui est mis de côté, mais bien la régularité. Si vous épargnez 10 euros toutes les semaines, vous obtiendrez plus en 1 an que si vous épargnez 100 euros tous les trimestres (480 contre 400 euros) ! 

N’oubliez pas non plus de gérer votre budget (notre article dédié peut vous aider) et de réduire vos dépenses superflues, comme les livraisons de repas ou les abonnements inutilisées. On est souvent surpris.e des montants que l’on dépense chaque mois pour des achats ou des services inutiles ! 

… Et se fixer des objectifs

Si vous ne savez pas pourquoi vous épargnez, vous risquez de perdre votre motivation. Dès que vous aurez un peu d’argent de côté, vous serez tenté.e d’en profiter, même si vous n’en avez pas forcément besoin. Fixez-vous donc des objectifs précis, qui vous aideront à rester motivé.e pour épargner : 

  • Se constituer un fonds d’urgence pour faire face aux imprévus ;
  • Acheter un vélo électrique ;
  • Financer un voyage ; 
  • Se constituer un apport pour un achat immobilier, 
  • Etc. 

Utiliser une application qui épargne à sa place

Notre application vous permet d’arrondir toutes vos dépenses à l’euro supérieur, et de mettre de côté la différence. Par exemple, si vous payez un café 1,20€, Moka arrondit cette somme à 2€ et met la différence (0,80€) sur un compte dédié. Vous avez ensuite la possibilité d’investir votre argent dans des fonds socialement responsables. A terme, vous économisez de l’argent sans même y penser ! 

Combien faut-il épargner ?

Dans l’absolu, il n’y a pas de réponse à cette question. Tout dépend en réalité de votre situation, de vos revenus, de vos charges et de vos projets d’avenir. Pourquoi épargnez-vous ? Quels sont vos besoins à court et long terme ? Avez-vous un projet immobilier dans les années à venir ? (auquel cas votre effort d’épargne devra être plus important)

De manière générale, les experts en finances recommandent d’épargner 10 à 20% de ses revenus. En principe, le taux d’épargne augmente proportionnellement avec le niveau de salaire. On n’épargne évidemment pas les mêmes montants avec un salaire de 1500 euros qu’avec un salaire de 3000 euros ! 

Reste qu’en associant le virement automatique à l’arrondi à l’euro supérieur, il est possible d’augmenter facilement sa capacité d’épargne, et ce quels que soient ses revenus. D’autant que le plus important est la régularité, et non le montant de l’épargne ! Mettre de l’argent de côté doit devenir une habitude, notamment en prévision des jours où votre pouvoir d’achat sera supérieur (grâce à une promotion au travail, par exemple). 


Vous le constatez au travers de cet article, épargner n’est pas si difficile. Plus qu’une question de moyens, c’est avant tout une question d’habitude et de bonnes pratiques à mettre en place. 

Catégories
Astuces Économiser

Nos conseils pour mieux gérer (et économiser) son argent

C’est le moment de mettre en place de nouvelles habitudes pour mieux gérer son argent, et effectuer ainsi de belles économies. Suivez le guide : Moka vous livre ses meilleurs conseils. 


Réduire ses frais bancaires

Selon l’UFC-Que Choisir, un compte bancaire coûte en moyenne 211 euros par an. Une somme loin d’être anodine. Pour réduire la facture, mieux vaut éviter les “packages” proposés par les banques, qui comportent des services à l’utilité relative (telles que des assurances diverses et variées). La plupart du temps, un compte et une carte bancaires suffisent ! 

A ce titre, il est possible de réaliser des économies en faisant l’impasse sur l’assurance perte et vol des moyens de paiement. Celle-ci n’a en effet qu’un intérêt limité : si vous vous faites voler votre carte bancaire ou votre chéquier, votre banque est tenue de vous rembourser les sommes dérobées, que vous ayez souscrit ou non une assurance. 

Enfin, si vous n’avez pas de besoins particuliers, vous pouvez vous tourner vers des formules clés en main à des prix compétitifs, que ce soit auprès d’établissements traditionnels ou de banques en ligne (HelloBank, Revolut, N26…).  

Utiliser les applis de gestion de budget 

Aujourd’hui, il existe une application pour toutes les problématiques financières ! Qu’il s’agisse de mieux gérer son budget en ayant une vue d’ensemble de ses comptes bancaires (Bankin’, Linxo…), de faire des économies sur ses courses alimentaires (Shopmium, Coupon Network…), de générer automatiquement des codes promos (Wanteeed) ou encore de réaliser des achats de seconde main (Vinted, Leboncoin), de nombreuses applications sont disponibles pour vous aider à dans la gestion de vos finances. 

On n’oublie pas l’application Moka, qui permet d’arrondir ses achats à l’euro supérieur et de mettre la différence de côté, ou d’investir dans des fonds socialement responsables à l’aide de virements ponctuels ou récurrents. Entièrement accessible sur mobile, rapide et facile à utiliser, elle est un partenaire de choix pour épargner sans y penser. 

Réduire ses frais de découvert 

Un.e français.e sur quatre paie des frais d’incident bancaire dans l’année. Frais de découvert, agios, « frais de lettre d’information pour compte débiteur non autorisé » (quoi que cela veuille dire)… La facture peut vite être salée. 

Pour éviter ces frais indésirables, la meilleure solution est de négocier une autorisation de découvert, et d’en revoir le montant dès que vos revenus augmentent. Il est également possible de changer d’établissement bancaire pour passer à une banque en ligne, car ces dernières ne facturent généralement pas de frais d’intervention. Certaines banques en ligne ne disposent même pas d’autorisation de découvert, une solution plus radicale mais potentiellement efficace. 

Réduire le montant de ses abonnements

Électricité, gaz, Internet, téléphone, plateformes de streaming… Les abonnements peuvent peser lourd dans un budget, surtout si l’on ne fait pas attention. Une seule solution s’impose alors : surveiller la concurrence (notamment à l’aide des comparateurs d’abonnements en ligne) et renégocier chaque année ses abonnements. 

La période la plus propice est la rentrée de septembre : de nombreux opérateurs de téléphonie et fournisseurs Internet en profitent alors pour lancer des offres attractives. Par ailleurs, la fameuse tactique qui consiste à faire croire à son opérateur que l’on a décidé de résilier son abonnement pour partir chez la concurrence est généralement efficace ! A la clé : un rabais ou la proposition d’une offre plus intéressante.  

Utiliser le cashback 

Le cashback (littéralement “retour d’argent”) est une technique de marketing promotionnel qui consiste à reverser à un acheteur une commission proportionnelle au montant de son achat. Généralement déployée sur Internet (les sites Igraal et Poulpeo sont les plus connus), elle tend à se généraliser dans le monde physique. En effet, de plus en plus de banques (y compris traditionnelles) le mettent en place. Il existe même des cartes bancaires avec cashback

Evidemment, plus le montant de votre achat est élevé, plus la commission perçue est importante. Le cashback est donc particulièrement intéressant en cas de gros achats (meubles, billets d’avion, électroménager, etc). 

Renégocier (ou résilier) ses assurances 

Qu’il s’agisse de leur assurance auto, de leur assurance de prêt immobilier ou de leur assurance habitation, la loi Hamon autorise les consommateurs à résilier leurs contrats d’assurance une fois passée la date de premier anniversaire de souscription, sans pénalités.  

Avec cette loi, vous êtes donc libre de rompre votre contrat pour n’importe quel motif, sans justification. Cela vous permet de souscrire une nouvelle assurance dès lors que vous trouvez une offre plus intéressante chez la concurrence. Et cela vous offre également un levier de négociation auprès de votre assureur, en faisant jouer la concurrence pour obtenir un meilleur tarif. N’hésitez donc pas à en profiter. 

Éviter certains produits bancaires proposés par votre banque

Vous avez l’intention d’ouvrir une assurance-vie ou un PEA ? Excellente idée ! Mais attention : pour ce genre de produits d’investissement, mieux vaut éviter les banques traditionnelles. En effet, les frais qu’elles prélèvent sont généralement très élevés, tandis que les supports proposés sont relativement limités. Il est donc conseillé de se tourner en priorité vers une banque en ligne. Certaines proposent des offres particulièrement attractives : là encore, les comparateurs en ligne pourront vous aider ! 


A noter : si vous cherchez à investir, Moka propose une offre d’Investissement Socialement Responsable à partir de 1 euro, sans engagement et sans frais cachés. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre FAQ.

Catégories
Astuces Économiser

Loyer, courses, factures : quelle part de votre budget y consacrer ?

Loyer (ou remboursement de crédit), courses alimentaires, factures, assurances, abonnements divers… Les dépenses dites “de base” (ou dépenses incompressibles, qui correspondent aux dépenses non négociables) pèsent lourd dans le budget. Elles pèsent même de plus en plus lourd : en effet, elles ont été multipliées par 2,5 depuis les années 1960, et correspondent aujourd’hui à près de 30% du budget des Français.es.   

Une question se pose alors : quelle part de notre budget mensuel ces dépenses devraient-elles représenter pour nous laisser assez de marge de manœuvre ? Éléments de réponse. 


Le loyer : il ne doit pas dépasser le tiers du salaire net 

En France, le taux d’endettement maximum pour un prêt immobilier est de 35%. Cela signifie que les mensualités d’un prêt ne doivent pas accaparer plus de 35% des revenus mensuels de l’emprunteur. 

On peut poser une règle similaire pour les locataires : en règle générale, il est déconseillé de payer un loyer supérieur à 30% de ses revenus. A titre d’exemple, si vous gagnez 2000 euros net par mois, vous pouvez avoir un loyer de 700 euros maximum. Et si vous gagnez 1500 euros net, votre loyer ne doit pas dépasser 500 euros. La plupart du temps, les biens disponibles à la location vous imposent cette règle. En effet, les propriétaires souscrivent à des assurances loyers impayés : ce sont ces dernières qui imposent la règle du salaire trois fois supérieur au montant du loyer. 

L’alimentation : tout dépend de votre situation

Selon un sondage Opinion Way pour Sofinco réalisée en 2017, la moyenne nationale de dépenses alimentaires chez les 18/24 ans est de 236 euros. Elle est de 385 euros par mois pour les Français.e.s sans distinction d’âge, et en incluant les dépenses de cantine pour les enfants. 

Pour une personne seule, il faut donc compter entre 250 et 300 euros par mois, en fonction de ses revenus et de son régime alimentaire. Evidemment, ce montant est plus élevé lorsqu’on vit en couple… 

Reste qu’il existe de nombreuses astuces pour réduire ce poste de dépenses. Cuisiner et acheter des produits frais (par opposition à des produits tout faits) permet de réaliser des économies substantielles. Il est également possible de se fournir sur les marchés (astuce : les prix ont tendance à baisser à la fin, lorsque les commerçants bradent leurs produits), de profiter des promotions dans les magasins, de privilégier les enseignes dites “low-cost” pour les produits de base ou encore de réduire la fréquence des sorties aux restaurants, cafés à emporter et autres livraisons les soirs de flemme ! 

Les assurances : analyser la concurrence 

Assurance auto, assurance habitation, assurance de prêt immobilier… Si l’on n’y fait pas attention, les montants peuvent vite être élevés. La meilleure stratégie consiste donc à utiliser les comparateurs d’assurance en ligne, qui permettent de faire de belles économies. Par ailleurs, n’oubliez pas qu’il est possible depuis la loi Hamon de résilier son contrat d’assurance à tout moment, après 1 an d’adhésion au moins. Si vous vous apercevez que ce poste de dépenses pèse (trop) lourd dans votre budget, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence. 

Les frais de transport : un montant qui varie

Sans surprise, le lieu de résidence a un fort impact sur la répartition des dépenses des ménages. Le transport est un poste de dépense plus important à la campagne, tandis que c’est le logement qui pèse le plus sur le budget dans les grandes villes. Ainsi, les ménages  dépensent plus à la campagne qu’en ville : 7 000 € par an pour les premiers, contre 6 200 €  pour les seconds. En 2017, l’ensemble des ménages ont consacré 14 % de leur revenu disponible aux transports, soit 4700 euros. 

Si l’on ne peut que vous conseiller d’utiliser les transports en commun si vous vivez en ville (en effet, l’utilisation d’une voiture coûte 402€ par mois en moyenne !), il n’est pas toujours possible de se passer de véhicule. Les chanceux et chanceuses qui peuvent compter sur les transports en commun penseront aux cartes de réduction de la SNCF et aux aides régionales réservées (notamment) aux jeunes et aux étudiant.e.s.  

Les forfaits Internet et téléphone : des économies sont possibles ! 

Si aucune règle n’existe dans l’absolu, nous vous conseillons de ne pas consacrer plus de 50 euros mensuels à vos forfaits Internet et téléphone. De nombreuses offres existent en effet sur le marché, et il est possible de renégocier les tarifs avec son opérateur chaque année (généralement en janvier ou à la rentrée de septembre). L’astuce : faire jouer la concurrence pour se faire proposer une offre plus avantageuse. 

L’épargne : 10 à 20% des revenus

La règle de base est la suivante : si votre situation le permet, l’épargne doit constituer un poste de dépense incompressible, de l’ordre de 10 à 20% de vos revenus. Ainsi, si vous gagnez 2000 euros net par mois, votre épargne doit s’élever à 400 euros mensuels. Bien sûr, cette règle est susceptible de changer en fonction des évènements qui affectent votre situation. Si vous avez une dépense imprévue à faire dans le mois (remplacement d’un appareil en panne, facture médicale…), par exemple, le montant de votre épargne sera réduit en conséquence.  

Le plus important reste d’épargner de manière régulière. Et si mettre de côté des sommes importantes vous paraît compliqué, rappelez-vous que Moka vous permet d’épargner facilement, sans changer votre style de vie, notamment grâce à l’arrondi automatique à l’euro supérieur. 


A noter : cet article rapporte des indications générales, qu’il est bien sûr possible de moduler en fonction de sa situation.

Catégories
Économiser

Quand faut-il commencer à préparer sa retraite ?

Selon le baromètre 2018 « Les français, l’épargne et la retraite » réalisé pour le Cercle des épargnants, 55% des français.e.s déclarent épargner pour leur retraite. Il s’agit donc d’un sujet de préoccupation pour la majorité d’entre nous. 

D’autres, cependant, considèrent qu’ils sont trop jeunes pour y penser et préfèrent se dire qu’ils s’y intéresseront “plus tard”. Mais est-ce vraiment la bonne stratégie ? Quand faut-il, en réalité, commencer à épargner pour sa retraite ? Moka vous aide à faire le point.  


Pourquoi c’est important ?

On le sait : quand on est jeune, on a souvent bien d’autres priorités que la retraite. Et c’est normal ! Pourtant, on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Et puis, les carrières sont moins linéaires qu’avant. Mettre de l’argent de côté régulièrement permet ainsi de sécuriser l’avenir, ce qui n’est pas à négliger dans un contexte où l’équilibre financier des régimes de retraite se tend, et où les pensions baissent progressivement. Cela permet également de se rassurer, en sachant qu’un matelas de sécurité est disponible en cas de besoin. 

A quel âge faut-il commencer à s’y intéresser ?

Lorsqu’on met de l’argent de côté en vue d’un projet particulier, on dit que le plus important est de commencer tôt. Pourquoi ? C’est très simple : plus on commence jeune, moins l’effort à fournir est important. De fait, commencer à préparer sa retraite à 30 ans permet de se constituer un capital plus élevé que si cet effort est entrepris à partir de 45 ans, grâce à la capitalisation des intérêts (les intérêts produits augmentent le capital d’année en année). 

Pour illustrer ce propos, prenons un exemple concret. Si vous investissez 1000 €, rémunérés à 2%, votre capital s’élèvera au bout d’un an à 1020 €. Deux ans plus tard, il sera égal à 1040,40 €. Au bout de vingt ans, vous obtiendrez un capital de 1486 € ! 

C’est donc mathématique : plus on commence à épargner tôt, plus la somme qu’on obtient à l’arrivée est importante. Mais quand on a 25 ou 30 ans, a-t-on vraiment envie de s’intéresser à sa retraite ? 

On vous comprend : à cet âge-là, nos préoccupations sont généralement tout autres ! Et il est vrai qu’il n’existe pas de bonne réponse à la question “quand faut-il commencer à épargner pour sa retraite ?”, puisque chaque parcours de vie est différent. On peut cependant poser comme règle générale que l’entrée dans la vie active est un bon moment pour commencer à épargner en vue de sa retraite. 

Vous pouvez commencer par programmer chaque mois des versements automatiques, dont le montant est à déterminer en fonction de vos revenus, de votre capacité d’épargne, de vos projets d’avenir, etc. Ne vous mettez pas la pression : il est tout à fait possible de commencer avec une petite somme, le plus important étant la régularité. Et, bien sûr, vous pourrez suspendre vos versements (ou au contraire en augmenter le montant) en fonction des fluctuations de vos revenus. 

Quel support dois-je privilégier ? 

Instauré en 2019, le PER (Plan épargne retraite) est un produit d’épargne à long terme, qui se décline sous la forme d’un PER individuel et d’un PER d’entreprise. Ce support permet de constituer une épargne qui, au moment de la retraite, sera disponible sous forme de rente ou de capital. Il est possible d’en ouvrir un à n’importe quel moment, puisque aucune durée minimum d’épargne n’est prévue. Par ailleurs, les sommes versées sur le PER sont déductibles des revenus imposables sur l’année en cours. Mais le PER souffre pour le moment d’un inconvénient majeur : des frais de tenue de compte élevés. 

Un autre support intéressant est l’assurance-vie. Il s’agit d’un support de placement qui permet de se constituer un capital sur le long terme, sans plafond ni échéance. Vous pouvez choisir de sécuriser votre épargne en optant pour un contrat d’assurance-vie en fonds en euros, ou au contraire prendre un peu plus de risques en choisissant les unités de compte. L’avantage : les assurances-vie sont liquides (l’argent qui y est placé peut être retiré à tout moment) et fiscalement intéressantes au terme d’un délai de 8 ans à compter de la date d’ouverture. 

Envie d’une solution simple et efficace ? Moka propose des solutions d’épargne et d’investissement depuis un smartphone, à partir de 1 €. Pas besoin de conseiller bancaire, pas de durée minimum et pas de plafond. Les fonds restent disponibles, prêts à être débloqués en cas de besoin. 

Quel que soit votre choix, rappelez-vous qu’il vaut mieux se tourner vers des supports dits “risqués”, qui offrent un potentiel de rendement supérieur aux supports d’épargne classique. En effet, le risque est lissé avec le temps. On délaisse donc son Livret A qui fait perdre de l’argent sur le long terme, et l’on ose prendre quelques risques pour obtenir un meilleur rendement.  

 

Catégories
Astuces Économiser

Comment (bien) gérer les dépenses de Noël ?

Le Black Friday vient à peine de passer que le marathon des dépenses de Noël commence déjà. Cadeaux, nourriture, transport (pour celles et ceux qui rentrent dans leur famille)… La liste des postes de dépense peut être longue. Comment, dès lors, gérer son budget de Noël en toute sérénité ? Moka vous livre ses meilleurs conseils.  


Définissez un budget pour les cadeaux de Noël 

Si vous nous lisez, vous savez qu’on vous encourage à faire votre budget. Certes, cela paraît rébarbatif au premier abord, mais les bénéfices sont nombreux : meilleure visibilité, ciblage des priorités, meilleure anticipation des dépenses, réduction du stress… 

Pour établir votre budget de Noël, vous pouvez commencer par dresser une liste détaillée de vos achats à venir (cadeaux, billets de train, vêtements…), avant de vous fixer un montant à ne pas dépasser. Prenez également le temps d’effectuer un suivi de vos dépenses, afin de savoir où vous en êtes sur le plan financier : avez-vous de la marge, ou bien devez-vous limiter vos dépenses pour un temps (avant de recevoir votre prochain salaire, par exemple) ? L’idée étant de savoir combien d’argent vous avez déjà dépensé, ce qu’il vous reste pour financer vos prochains achats, et ce dont vous avez besoin pour boucler votre budget. Le montant total de la somme dont vous avez besoin est trop élevé par rapport au budget fixé ? Pourquoi ne pas vous lancer des défis tout au long des semaines à venir, en réduisant les dépenses non essentielles (le café à emporter tous les matins, la livraison de repas plusieurs fois par semaine, etc). 

Dans tous les cas, que vous choisissiez d’utiliser un tableau Excel ou de recourir à une bonne vieille feuille de papier, l’important est d’avoir une visibilité optimale sur vos dépenses passées et à venir. C’est en effet cela qui vous permettra d’organiser vos finances, et de mieux anticiper vos achats. D’où le point suivant… 

Commencez vos achats le plus tôt possible

On le sait : vous êtes très occupé.e. Mais se ruer dans les magasins à J-1 de Noël n’est peut-être pas la meilleure manière de procéder ! Non seulement vous allez devoir affronter la foule, mais vous paierez en plus vos achats au prix fort. Pour lisser les dépenses et réduire l’effort financier, il vaut donc mieux commencer ses achats le plus tôt possible, et les répartir dans le temps. Par exemple : j’achète deux cadeaux en octobre, trois en novembre, et le reste en décembre. Et surtout, je prends le temps de mettre de l’argent de côté (on vous explique comment faire dans le paragraphe suivant !). 

Épargnez sans y penser 

C’est vrai, piocher dans son compte courant (ou son Livret d’épargne !) pour financer ses achats de Noël est tentant. Mais plutôt que de recourir à cette solution de facilité, il vaut mieux épargner un peu tout au long de l’année pour se constituer une cagnotte spéciale, à utiliser uniquement pour Noël. Si vous ne l’avez pas fait, ne culpabilisez surtout pas ! Il n’est jamais trop tard pour mettre de l’argent de côté. Avant le jour J, n’hésitez pas si vous le pouvez à prélever chaque semaine un peu d’argent sur votre compte (le montant dépend de vos moyens et de vos besoins, cela peut être 10, 20, 30 ou 50 euros…) et à le placer dans une cagnotte dédiée. 

Vous pouvez par exemple utiliser l’application Moka, qui vous permet de créer des cagnottes et/ou d’arrondir automatiquement vos dépenses à l’euro supérieur. Au bout de quelques semaines, vous aurez ainsi mis une petite somme de côté sans fournir d’efforts particuliers. C’est simple, et cela vous permet d’épargner sans y penser. La cagnotte reste accessible et l’argent que vous avez mis dessus peut être retiré à tout moment. 

Chassez les bonnes affaires 

Si vous n’avez pas profité des promotions du Black Friday pour acheter vos cadeaux, ne vous inquiétez pas ! En période de fêtes, de nombreux magasins et boutiques en ligne proposent des promotions et des opérations spéciales. Pour être sûr de ne rien rater, inscrivez-vous aux newsletters de vos sites préférés et faites un tour sur les réseaux sociaux, où les marques communiquent fréquemment sur leurs opérations spéciales. 

Le site Offres à saisir tient une liste (régulièrement mise à jour) des différentes promotions proposées par les vendeurs. Par ailleurs, certains magasins proposent également des pré-soldes et des ventes privées en période de fêtes. 

Autres astuces : le recours au cashback, qui permet d’être remboursé.e d’une partie de son achat, et les codes promo qui permettent d’obtenir des réductions avantageuses. Pour avoir accès à ces derniers, vous pouvez par exemple consulter le site Dealabs, qui propose également une communauté d’entraide où les utilisateurs partagent leurs bons plans. 

Enfin, les sites de ventes privées regorgent de bonnes affaires, à condition d’avoir un œil affûté. Le site The Bradery propose ainsi de nombreux articles de marques prestigieuses, à prix bradés.  


Et voilà : vous êtes désormais armé.e pour ne pas finir le mois à découvert après avoir gâté vos proches ! 

Catégories
Astuces Économiser

Comment dépenser moins en ligne ?

Depuis plusieurs années, le commerce en ligne connaît un succès grandissant. Une tendance qui n’a fait que s’amplifier avec la crise sanitaire et les différents confinements, lorsque le seul moyen pour nous de faire du shopping consistait… à ouvrir son ordinateur. Le problème, c’est qu’Internet et les réseaux sociaux regorgent de tentations diverses et variées. Il est si facile de cliquer sur un lien et d’effectuer des achats (que l’on regrettera plus tard) ! Le résultat : un compte bancaire qui s’amenuise et une moindre maîtrise sur nos finances. 

Moka vous livre donc tous ses conseils pour dépenser moins en ligne, tout en continuant à se faire plaisir.  


1. Désabonnez-vous des newsletters et des e-mails commerciaux

C’est le piège ultime ! Qui n’a jamais reçu une newsletter de sa boutique en ligne préférée avant de craquer sur une nouvelle paire de baskets… complètement inutile, mais totalement irrésistible ? Pour éviter cela, une seule solution : se désinscrire de toutes les newsletters commerciales auxquelles vous êtes abonné.e. 

A chaque fois que vous faites un nouvel achat en ligne, pensez également à décocher la case “je veux recevoir la newsletter” (souvent cochée par défaut). Cela permet d’éviter les achats “pulsion”, qui prennent leur source dans une envie éphémère ou un moment d’ennui. Pour limiter encore plus la tentation, vous pouvez vous imposer de surfer sur des sites de shopping en ligne une (ou deux) fois par semaine seulement. 

Autre astuce : consacrer une enveloppe maximum à ses achats en ligne (par exemple : 80 euros par mois), et s’imposer de ne pas la dépasser. 

2. Réfléchissez avant d’acheter 

Vous avez craqué sur une nouvelle robe ? Vous pensez que le magnifique extracteur à jus que vous avez vu sur Instagram ira parfaitement bien dans votre cuisine ? Avant de cliquer sur le bouton “acheter”, imposez-vous un délai de réflexion de plusieurs jours (ou même de plusieurs semaines). 

La règle : si vous pensez encore à votre potentiel achat au bout d’une semaine et que vous êtes certain.e d’en avoir vraiment besoin, accordez-vous ce plaisir. Si au contraire le vêtement ou l’objet que vous avez repéré a quitté votre esprit, c’est qu’il n’est pas nécessaire de l’acheter. Avec le temps, vous apprendrez à distinguer l’achat compulsif de l’achat qui naît d’un véritable désir ou besoin. 

3. Faites une liste de vos besoins 

Etablir sur papier la liste de ses besoins (une nouvelle paire de baskets pour remplacer celle qui est abîmée, une robe pour le mariage de cet été, un casque audio pour les trajets domicile-travail…) permet d’en prendre véritablement la mesure, et de ne plus confondre les pulsions avec les besoins. 

Vous avez envie d’acheter quelque chose ? Vous êtes sur le point de craquer après une session de shopping en ligne ? Si cela ne figure pas sur votre liste, c’est probablement que vous n’en aurez pas l’utilité. Bien sûr, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas se faire plaisir, mais plutôt qu’il est important de distinguer l’envie de consommer (pour se consoler, pour être à la mode, pour faire comme les autres, etc) du désir réel. L’avantage ? Apprendre à faire cette distinction fera du bien à votre porte-monnaie, mais aussi à la planète, puisque vous consommerez moins. Ce qui nous mène au point suivant ! 

4. Privilégiez la seconde main

Vous avez besoin de quelque chose en particulier ? Et si vous l’achetiez d’occasion ? En plein essor, le marché de la seconde main pèse aujourd’hui entre 25 et 34 milliards d’euros. De nombreuses marques lancent ou s’apprêtent à lancer leur plateforme de seconde main en ligne, et tous les secteurs ou presque sont concernés : vêtements, électronique, téléphonie mobile, ameublement… 

Non seulement la seconde main vous permet de faire des économies et d’accroître votre pouvoir d’achat, mais elle perpétue en plus un cercle vertueux pour la planète. A l’arrivée : une autre manière de consommer, plus saine et moins démesurée. 

5. Utilisez le cashback 

Le cashback, quésaco ?

Il s’agit en réalité d’un service marketing qui désigne le fait de percevoir une commission après avoir réalisé un achat (la plupart du temps en ligne). Certains sites de cashback, comme iGraal ou Poulpeo, proposent des commissions pouvant aller jusqu’à 5 % du prix d’achat. Une fois le paiement effectué, le cashback est reversé sur une cagnotte dédiée. Si vous réalisez des achats importants et/ou réguliers, cela en vaut vraiment la peine ! 

Par ailleurs, de plus en plus de banques proposent désormais des cartes bancaires avec cashback, qui permettent de toucher une commission sur les achats effectués dans les enseignes partenaires. Cela ne doit pas vous inciter à consommer plus, mais il s’agit d’un coup de pouce bienvenu qui permet de donner plus de sens à ses achats en ligne.

Catégories
Économiser

Finances personnelles : comment bien commencer l’année ?

La nouvelle année pointe déjà le bout de son nez ! Et avec elle, le cortège habituel des bonnes résolutions qu’on ne tient pas (toujours). Mais cette année, c’est décidé : vous êtes résolu.e à prendre vos finances en main. Et pour cela, quoi de mieux que d’établir des objectifs précis ? 

N’oubliez pas : épargner est un moyen, et non une fin en soi.  Quels que soient vos objectifs (se constituer un apport pour un prêt immobilier, partir en voyage, acheter une nouvelle voiture…), le plus important reste de procéder par étapes successives. 


Etape 1 : établir un budget pour l’année à venir

Impossible de maîtriser ses finances sans avoir une vision précise de ses dépenses. D’où l’intérêt d’établir un budget (celui-ci peut être mensuel, trimestriel, annuel… selon votre préférence) et de s’y tenir. Vous le constaterez rapidement : avoir un budget permet de savoir exactement quel montant est disponible pour quoi, et en conséquence de se poser des limites. 

Tableau Excel, application dédiée, livre de comptes, feuille de papier… On vous laisse libre de choisir la méthode qui vous convient le mieux. L’important n’est pas la forme, mais le fond. Un peu perdu.e ? N’hésitez pas à vous inspirer de cet article qui vous explique comment gérer un budget. 

Etape 2 : réduire l’utilisation de son compte courant aux seules dépenses courantes

Les sommes déposées sur un compte courant ne rapportent rien, puisque ce type de compte n’est pas rémunéré. Pourtant, nous avons parfois tendance à y “entasser” notre argent, quitte à perdre en pouvoir d’achat. Et si nous changions de méthode ? 

Nous vous conseillons de ne conserver sur votre compte courant que les sommes dont vous avez besoin pour régler vos dépenses quotidiennes sur un mois : courses alimentaires, prélèvements, etc. 

Le reste de vos revenus mensuels sera placé sur un support d’épargne liquide et défiscalisé, tel que le Livret A. Vous avez besoin de faire une dépense “superflue” ? Il vous suffit alors de virer la somme nécessaire sur votre compte courant. Certes, les livrets réglementés sont peu rémunérateurs (le taux d’intérêt annuel est de 0,5% pour le Livret A), mais ils permettent néanmoins d’accumuler des intérêts, ce qui n’est pas le cas des comptes courants. 

Etape 3 : épargner au maximum, tout en se laissant une marge de manoeuvre pour les dépenses plaisir

Épargner n’est pas toujours facile. Et pour cause : le fait de mettre de l’argent de côté constitue une forme de sacrifice. Dès lors, comment trouver la motivation nécessaire pour épargner ? Plusieurs solutions sont possibles : 

  • Déterminer un pourcentage des sommes épargnées qui servira à financer des achats plaisir : vêtements, sorties, vacances… Par exemple, si vous décidez d’épargner 200 euros par mois, 10% de ce montant (soit 20 euros) peut être alloué à financer vos achats dits “superflus”. A cet effet, il peut être utile d’ouvrir plusieurs comptes épargne, chacun étant alloué à un objectif spécifique.
  • Utiliser la technique de l’arrondi à l’euro supérieur sur l’application Moka. Comment ça marche ? C’est très simple : lors de chaque dépense avec une carte bancaire, Moka arrondit automatiquement la somme à l’euro supérieur et met de côté la petite monnaie. Cela permet de se construire une épargne sans s’en rendre compte. Par exemple, si vous payez un pain au chocolat 1,50 € par carte bancaire, Moka arrondit automatiquement la somme à l’euro supérieur (soit 2 €), et met la différence de côté (0,5 €). 
  • Mettre en place des virements automatiques à chaque début de mois (ou à la date à laquelle vous recevez votre salaire). L’épargne doit être considérée comme une dépense fixe, au même titre qu’une facture d’électricité. Avec un virement automatique, vous épargnez sans vraiment y penser. 

Étape 4 : supprimer les dépenses inutiles 

Faire son budget (voir l’étape n°1) permet de voir où va l’argent disponible, et à quel poste il est alloué. On se rend compte alors du nombre de dépenses inutiles que nous effectuons chaque mois ! Cafés à emporter, abonnements inutilisés, forfait téléphonique trop cher,  virées shopping à l’issue desquelles on repart avec des vêtements qu’on ne portera jamais… 

Prises individuellement, beaucoup de dépenses n’ont l’air de rien, mais elles constituent sur le long terme une belle somme d’argent. Pour assainir ses finances, une seule solution : analyser ses dépenses point par point et supprimer toutes celles qui sont inutiles, superflues ou trop élevées. 

Etape 5 : recourir au cashback et aux codes promotionnels

Le cashback est une technique marketing qui désigne le fait de toucher une commission après avoir réalisé un achat sur Internet. De plus en plus répandu (voir par exemple Ebuyclub), ce procédé permet de gagner un peu d’argent tout en en dépensant. Sur une année, il est ainsi possible d’obtenir une cagnotte allant de 50 à 200 euros. N’hésitez donc pas à y avoir recours lorsque vous faites des achats sur Internet . De même, avant tout achat en ligne, pensez à vérifier sur des sites comme Ma Reduc si votre boutique ne propose pas des codes promotionnels permettant d’obtenir une réduction. 


Et voilà : vous êtes prêt.e.s à bien commencer l’année avec Moka qui vous accompagne dans tous vos projets !

Catégories
Économiser

Comment se constituer un fonds d’urgence ?

Fonds d’urgence, matelas de sécurité, épargne de précaution… Quel que soit le nom qu’on lui donne, on a tous besoin d’avoir un peu d’argent de côté. Si vous souhaitez prendre (ou reprendre) en main vos finances, sachez que c’est par là que vous devez commencer ! Mais de quoi s’agit-il exactement ? Et par où faut-il commencer ?    

Voici tout ce que vous devez savoir.


Qu’est-ce qu’un fonds d’urgence ? 

Commençons… par le commencement ! Un fonds d’urgence est une somme disponible immédiatement qui doit servir à couvrir une ou plusieurs dépenses imprévues. Par exemple : l’achat d’une nouvelle voiture en urgence, une dépense de santé non couverte par votre mutuelle, la réparation de matériel électronique, un licenciement, un déplacement soudain, etc. Contrairement à votre épargne “de base”, le fonds d’urgence n’a pas pour but de financer vos loisirs ou vos vacances. Il constitue en revanche une sorte d’assurance contre les aléas de la vie, et les dépenses non prévues qui peuvent aller avec. 

Tout le monde a-t-il vraiment besoin d’un tel fonds ?

On peut se dire qu’après tout, mettre de l’argent de côté pour remédier à un problème qui n’existe pas (et n’existera peut-être jamais) est un peu vain. Pourtant, quel que soit votre âge, vos revenus et votre situation, un fonds d’urgence est toujours utile. Pourquoi ? 

Parce que la vie est pleine d’imprévus, même quand on pense que rien ne peut nous arriver. Mais aussi parce que vous n’aurez sans doute pas envie de piocher dans votre compte courant ni dans votre épargne (que vous utilisez d’habitude pour vos loisirs, ou pour vous constituer un apport en prévision d’un achat immobilier) en cas d’urgence financière. 

Le fonds d’urgence n’est finalement que cela : un moyen d’aborder la vie avec sérénité, en prenant de l’avance sur ce qui pourrait arriver. En mettant de côté un peu d’argent chaque mois, quel que soit le support de placement choisi, vous achetez en quelque sorte votre tranquillité d’esprit. Bonus : plus tôt vous commencerez à constituer votre fonds d’urgence, plus vite vous pourrez en bénéficier en cas de besoin. 

Quel montant dois-je mettre dans mon fonds d’urgence ?

On a coutume de dire qu’un fonds d’urgence doit contenir trois à six mois de dépenses, ou encore trois à six mois de salaire (notez bien la différence entre les deux !). Mais il ne s’agit pas là d’une règle absolue : elle est à adapter en fonction de votre situation (êtes-vous dans un emploi stable ou non ? êtes-vous locataire ou propriétaire ? avez-vous des frais importants chaque mois ? etc.) et surtout de vos besoins. Pour déterminer le montant qui doit aller dans votre fonds d’urgence, voici quelques conseils : 

  • Calculez avant toute chose le montant de vos dépenses mensuelles : loyer/remboursement de crédit, factures, transport, courses alimentaires… Multipliez ensuite cette somme par trois à six : c’est le montant idéal de votre fonds d’urgence. Une autre méthode consiste tout simplement à multiplier votre salaire actuel par trois (quatre, cinq ou six). A vous de décider ce qui vous convient le mieux, en fonction de votre situation personnelle. 
  • Pour commencer à constituer votre fonds d’urgence, analysez vos dépenses et réduisez celles qui ne sont pas nécessaires : cafés à emporter, shopping, abonnements divers et variés… Ces économies réalisées doivent ensuite être affectées à votre fonds d’urgence. 
  • Automatisez votre épargne en programmant des virements (hebdomadaires ou mensuels, selon votre préférence). C’est un moyen simple et efficace de mettre de l’argent de côté. N’oubliez pas que l’application Moka peut vous aider ! 

Chaque mois, combien dois-je mettre de côté ?

Là encore, il n’y a pas de règle absolue. Tout dépend de vos revenus et de votre situation. Cependant, la régularité est très importante : plus que le montant de votre épargne, c’est votre constance qui vous permettra de vous constituer un matelas de sécurité rapidement. 

Selon vos moyens, vous pouvez par exemple programmer un virement mensuel de 50, 100, 200 euros ou plus. L’idéal est de le programmer juste après la date de paiement de votre salaire, et de le traiter comme une dépense incompressible, au même titre qu’une facture. 

Une autre règle efficace consiste à affecter 10% de vos revenus à votre fonds d’urgence, jusqu’à ce que le montant que vous avez déterminé au préalable ait été atteint.  

Vous avez de petits revenus ? Pas de panique : cela ne doit pas vous empêcher d’épargner. Ne complexez pas sur les montants que vous pouvez affecter à votre épargne, car c’est avant tout la régularité qui prime. Ainsi, épargner 15 euros par mois pendant plusieurs années vaut mieux qu’épargner 50 euros de temps en temps, sans stratégie ni régularité. 

Enfin, il est important de profiter des rentrées d’argent “exceptionnelles” (prime, crédit d’impôt, cadeau d’anniversaire, etc.) pour alimenter son fonds d’urgence, au-delà des virements automatiques mensuels ou hebdomadaires. Grâce à ces petits extras, votre objectif pourra ainsi être atteint plus rapidement.

Catégories
Astuces Économiser

Achat immobilier : comment se constituer un apport personnel ?

Faire l’acquisition d’un bien immobilier est un projet important, tant sur le plan matériel qu’émotionnel. Mais, bien souvent, un apport personnel est nécessaire pour le concrétiser. De quoi s’agit-il exactement, et surtout : comment épargner dans cette perspective ? 

Découvrez ici 5 conseils pratiques. 


L’apport personnel, qu’est-ce que c’est ?

L’apport personnel est la part du montant apporté par l’acquéreur au moment de l’achat d’un bien immobilier, hors prêt bancaire. Il a généralement vocation à financer (a minima) les frais de notaire. S’il n’est pas obligatoire, certaines banques peuvent le demander. En effet, un apport personnel constitue une sécurité : il signifie que vous êtes capable d’épargner en vue d’un projet, mais aussi que vous pouvez rembourser un crédit immobilier chaque mois. Ainsi, plus son montant est élevé, plus les banques sont en mesure de proposer des crédits avec un taux d’intérêt intéressant. L’apport personnel varie selon les moyens de chacun, mais il est généralement situé entre 10 et 30 % du prix d’achat. On dit qu’il est « significatif » à partir de 20 %, hors frais de notaire. 

Comment me constituer un apport personnel en vue d’un achat immobilier ?

Comme souvent en matière de finances, l’essentiel est de commencer tôt. Ainsi, plus vous épargnez jeune, plus vous augmentez vos chances d’obtenir une somme importante, notamment grâce à l’effet de capitalisation. Mais ce n’est évidemment pas le seul moyen de se constituer un apport personnel ! Voici quelques conseils pour vous aider à atteindre votre objectif. 

1. Revoir son budget 

Cela paraît évident, et pourtant : combien d’entre nous font leur budget chaque mois ? Combien savent où vont exactement leurs dépenses ? Pourtant, ces informations sont cruciales. Avant d’épargner pour un apport personnel, il est important de savoir où va votre argent. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de gestion de budget ou un tableau Excel. Analysez vos dépenses incompressibles (loyer, factures, courses, transport, etc.) et vos dépenses non nécessaires (loisirs, sorties…), et regardez où vous pouvez faire des économies. Livraison de repas, abonnements, achat de vêtements… Il y a forcément des catégories où vous pouvez réduire vos dépenses, sans que cela n’impacte votre qualité de vie. Celles-ci sont propres à chacun. 

Une fois que vous avez calculé votre budget, déterminé le montant que vous pouvez affecter à votre épargne et la somme dont vous aurez besoin pour votre apport personnel, il est temps de passer à l’étape supérieure. 

2. Automatiser son épargne 

Plus question de mettre de l’argent de côté de temps en temps, de manière non régulière… ! Si vous souhaitez épargner en vue de vous constituer un apport personnel, il est important de traiter votre épargne comme une dépense nécessaire. Faites comme si votre épargne était une facture d’électricité, et programmez des virements automatiques. Ces virements peuvent être hebdomadaires, bimensuels ou mensuels, selon votre préférence. Ils devront être revus (à la hausse comme à la baisse) si vos revenus connaissent une évolution. Pensez également à prendre en compte les rentrées d’argent exceptionnelles. La prime de fin d’année que vous venez de toucher ? Le chèque de vos grands-parents pour votre anniversaire ? Hop, plutôt que les dépenser, affectez-les directement à votre épargne. 

Le montant que vous épargnez dépend de vos capacités financières et de votre situation personnelle. Vous pouvez par exemple décider d’épargner 10% de vos revenus chaque mois, mais ce pourcentage peut être plus ou moins élevé. Le plus important, c’est la régularité. 

3. Ouvrir un compte exclusivement dédié à votre objectif

Un bon moyen de mettre de l’argent de côté sans être tenté.e de le dépenser est d’ouvrir un nouveau compte, uniquement dédié à votre apport personnel. Privilégiez les supports qui proposent un rendement annuel (inutile, donc, d’ouvrir un second compte courant !). Vous pouvez par exemple utiliser l’application Moka, qui en plus de vous aider à épargner de façon automatique et sans efforts, vous permet de choisir entre trois modèles de portefeuille (Prudent, Équilibré ou Audacieux), en fonction de vos projets et de votre appétence au risque. Moka investit pour vous dans des fonds labellisés ISR (Investissement Socialement Responsable), qui visent à concilier performance économique et impact social et environnemental. Vos projets contribuent donc à rendre le monde meilleur, plutôt pas mal ?

4. Recourir à tous les extras possibles 

Louer son appartement, sa voiture, sa place de parking, revendre ses meubles ou ses vêtements, donner des cours particuliers… Aujourd’hui, il existe de nombreux moyens de se faire un peu d’argent “de poche”. N’hésitez donc pas à vous trouver une activité complémentaire, et à utiliser les revenus qu’elle génère pour renforcer votre apport personnel. 

5. Demander de l’aide 

En France, il existe plusieurs types de prêts aidés : prêt fonctionnaire, prêt à taux zéro, prêt 1% logement… N’hésitez pas à vous renseigner en amont pour construire votre stratégie d’épargne et déterminer le montant de l’apport personnel dont vous aurez besoin. 

Par ailleurs, vous pouvez également (si vous en avez la possibilité) demander de l’aide à votre famille. Pour information, les parents sont autorisés à donner jusqu’à 100 000 € à chacun de leurs enfants tous les 15 ans, sans payer d’impôts. Les grands-parents, quant à eux, peuvent donner jusqu’à 31 865 € tous les 15 ans. Même si toutes les familles ne peuvent évidemment pas réaliser ces donations, il s’agit d’une piste à explorer. 

Catégories
Astuces Économiser

Comment optimiser son budget pour la rentrée ?

L’été est souvent synonyme de dépenses, pour peu que l’on parte en vacances. Et à la rentrée, il est courant de devoir faire face à de nombreux achats : nouveaux vêtements, frais d’inscription, fournitures (pour les étudiant.e.s), déménagement, ameublement d’un nouvel appartement… Dans ces conditions, il n’est pas toujours facile d’optimiser son budget : d’ailleurs, un.e français.e sur deux confie avoir du mal à boucler son budget de rentrée ! Heureusement, il existe des moyens simples et efficaces de gérer ses finances en cette période chargée.  

Moka fait le point pour vous.


1. Anticiper ses dépenses 

Il s’agit d’une règle de base ! Vous avez sans doute connaissance des dépenses qu’il vous faudra réaliser à la rentrée : achat de fournitures, de vêtements, de meubles, de matériel divers… L’idée est donc de les anticiper en établissant une liste détaillée et en vous fixant un montant à ne pas dépasser. Bien sûr, si vous pouvez le faire, essayez d’épargner un peu chaque semaine avant la rentrée. Par exemple, vous pouvez utiliser l’application Moka pour arrondir vos dépenses à l’euro supérieur ou encore pour mettre une petite somme de côté grâce à des virements automatiques. Simple, et sans effort ! 

N’hésitez pas également à effectuer un suivi de vos dépenses de l’été, pour savoir où vous en êtes dans vos finances. Cela vous permettra de savoir combien d’argent vous avez déjà dépensé, ce qu’il vous reste pour financer vos achats de la rentrée, et ce dont vous avez besoin pour boucler votre budget. 

2. Regarder ses dépenses droit dans les yeux

Gérer son budget demande avant tout d’avoir une vision claire et précise de ses dépenses. Pour cela, pensez à identifier vos sources de revenus et vos dépenses de manière régulière (que ce soit sur une base hebdomadaire, mensuelle, etc.). Fixez-vous également une somme à épargner avant la fin de l’été : cela peut être 50, 100, 250, 500 euros… en fonction de vos moyens et de vos besoins. L’essentiel reste de connaître l’état de vos comptes et d’être en capacité d’anticiper les dépenses à venir. Ce qu’il faut à tout prix éviter, c’est d’être pris de court lorsque vient la rentrée. 

3. S’organiser pour faire face aux gros achats

Qui dit rentrée, dit souvent gros achats. Traditionnellement, septembre est en effet un mois où l’on commence une nouvelle activité, où l’on emménage dans une nouvelle ville, etc. Si vous avez de gros achats à effectuer, organisez-vous en amont. Pour cela, plusieurs solutions sont possibles : 

  • Comparez avant d’acheter, que ce soit sur un moteur de recherche ou en magasin. 
  • Accordez-vous toujours au moins une journée de réflexion avant chaque gros achat. 
  • N’achetez pas sous le coup de l’émotion ou de la précipitation : même si vous avez l’impression de faire une bonne affaire, il y a de grandes chances pour que vous regrettiez votre achat dans les semaines ou les mois à venir ! 
  • Intéressez-vous au marché de l’occasion. Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire de tout acheter neuf : qu’il s’agisse de meubles, de voitures ou de matériel électronique (téléphone, ordinateur…), il est tout à fait possible de les acquérir sur le marché de la seconde main ou du reconditionné. A la clé : d’importantes économies. 
  • Anticipez en épargnant autant que possible pendant les vacances. Si vous n’avez pas envie d’y penser, faites appel à l’arrondi à l’euro supérieur proposé par Moka, ou privilégiez les virements automatiques. Bien sûr, cette épargne doit être proportionnelle à vos revenus et ne doit pas vous empêcher de profiter de vos vacances. 

4. Penser aux (nombreuses) promotions sur Internet

A la rentrée, de nombreuses marques proposent des promotions et des bons plans sur une variété de produits. C’est notamment le cas du matériel informatique ou des vêtements. N’hésitez pas à vous renseigner sur les promotions disponibles et/ou à vous inscrire aux newsletters de vos marques préférées. Cela vous permettra de faire des économies intéressantes sur certains achats. 

Profiter des soldes pour faire ses achats de rentrée

Les soldes d’été sont sans doute la meilleure période pour faire ses achats de rentrée ! De nombreuses réductions sont en effet proposées, que ce soit en magasin ou sur Internet. Profitez-en pour acquérir à prix cassé les produits dont vous avez besoin. Sur le Net, il est encore plus facile de comparer les prix et de repérer les bons plans. Et si vous avez raté les soldes, pas de panique ! Vous pouvez toujours vous inscrire aux ventes privées et profiter de bons plans tout au long de l’année. 

5. Suivre ses marques préférées sur les réseaux sociaux

Désormais, toutes les grandes marques possèdent des comptes sur les réseaux sociaux. Cette présence leur permet de fidéliser leurs clients et de proposer des promotions. A la rentrée, nombre d’entre elles proposent des bons plans, des offres et des jeux-concours pour gagner de nouveaux clients. C’est le moment de jouer ! N’hésitez pas à suivre les comptes de vos marques préférées (prêt-à-porter, téléphonie mobile, matériel électronique, ameublement…). Par ailleurs, de nombreuses marques proposent des offres spéciales ou des codes promotionnels via des influenceurs sur les réseaux sociaux. Une bonne raison d’ouvrir Instagram !

Catégories
Économiser

L’ABC du budget : les règles de base à connaître

Savoir gérer son budget est une compétence nécessaire dans la vie. Et, comme tout, cela s’apprend ! Si comme 60 % des français.e.s, vous dépassez votre autorisation de découvert au moins une fois par an, vous avez sans doute envie d’en savoir plus sur les bases de la gestion de budget. 

Découvrez ici toutes nos astuces pour apprendre à bien gérer ses finances.  


Gérer son budget : pourquoi c’est important ? 

Pour éviter les découverts 

Bien gérer son budget, c’est avant tout éviter de dépasser son autorisation de découvert. Un détail ? Pas tellement, quand on pense aux agios et aux frais supplémentaires qu’un découvert engendre… De plus, bien gérer ses comptes permet d’instaurer une relation de confiance avec son banquier, ce qui peut s’avérer particulièrement utile au moment de souscrire un crédit. 

Pour se faire plaisir sans culpabiliser

Maîtriser son budget, c’est aussi et surtout avoir la capacité de se faire plaisir. Que ce soit acheter le cadeau d’anniversaire d’un.e ami.e, partir en week-end ou s’offrir un nouveau téléphone, il est reposant de savoir qu’on peut s’autoriser des dépenses supplémentaires, sans que cela ne nous mette dans le rouge. 

Pour épargner

En maîtrisant vos dépenses, vous faites d’une pierre deux coups : non seulement vous simplifiez votre quotidien, mais en plus vous avez la possibilité de mettre de l’argent de côté pour vos projets. 

Etape 1 : calculer son budget

La première chose à faire, quand on veut maîtriser son budget, c’est tout simplement… de le calculer ! Vous pouvez le faire à la main, sur Excel ou encore vous aider d’un outil en ligne. 

Pour calculer son budget, on rentre ses revenus, puis ses dépenses fixes (loyer, factures, transport…), et enfin ses dépenses courantes (loisirs, vêtements, etc). Une fois que vous avez retranché vos dépenses fixes et variables de vos revenus, il doit vous rester de quoi épargner. On conseille généralement d’épargner entre 10% et 30% de ses revenus, mais ce pourcentage peut varier selon votre situation. 

Pour résumer, on peut calculer son budget avec la formule suivante : 

Total des ressources – Total des dépenses = Solde disponible (ce qui reste après avoir réglé ses dépenses fixes et variables)

Si ce solde est négatif, passez à la deuxième étape ! 

Etape 2 : organiser son budget

Maîtriser son budget, c’est avant tout avoir un solde disponible positif. Cela signifie qu’il vous reste de l’argent après avoir soustrait vos charges de vos revenus. 

Vous êtes dans le rouge ? Il est temps de réorganiser votre budget. Pour cela, plusieurs solutions sont possibles : 

  • Réduire ses dépenses (abonnements, livraisons de repas, shopping, etc…)
  • Augmenter ses revenus (en changeant de travail, en adoptant une activité supplémentaire…) 
  • Supprimer les postes de dépenses superflus et revoir son mode de vie. 

N’oubliez pas qu’un budget maîtrisé, c’est avant tout une répartition équilibrée des postes de dépense. A titre d’exemple, voici une manière de structurer ses dépenses :

  • 40 % du budget est consacré à des dépenses fixes (loyer, abonnements téléphone et Internet, électricité, assurances, transports…)
  • 30 % du budget est consacré à des dépenses variables (nourriture, vêtements, santé…)
  • 10 % est consacré à l’épargne
  • 20 % est consacré aux loisirs et aux vacances.

Bien évidemment, ceci est à adapter en fonction de votre situation personnelle. 

Etape 3 : regarder ses comptes droit dans les yeux

N’hésitez pas à mettre le nez dans vos comptes en banque : plus vous saurez ce qu’il s’y passe, plus vous aurez la maîtrise de votre budget. Par exemple, si vous constatez que votre budget loisirs est trop élevé par rapport à vos revenus, vous pourrez le réduire et ainsi rééquilibrer vos dépenses. 

En matière de finances personnelles, le savoir, c’est le pouvoir ! Nous avons aussi un article avec les films et podcasts pour faire de vous un as de la finance. 

Etape 4 : suivre des règles simples

L’organisation est au cœur de la gestion de budget. On vous conseille donc de suivre ces quelques règles : 

  • Mettre en place un virement automatique de son épargne dès le lendemain de la réception de son salaire ;
  • De la même manière, faire en sorte que ses prélèvements obligatoires aient lieu juste après la réception du salaire ;
  • Vérifier ses comptes au moins une fois par semaine.

Etape 5 : anticiper ses dépenses

La dernière étape pour un budget maîtrisé, c’est tout simplement de prévoir à l’avance ses achats et de lisser ses grosses dépenses sur l’année. Cela paraît évident, et pourtant : combien d’entre nous ont déjà acheté des billets de train à la dernière minute, payant ainsi 50% plus cher ? 

Pour anticiper ses dépenses, on n’hésite pas à garder un œil sur ses comptes et à épargner en prévision d’achats prévus et imprévus : oui, votre épargne doit pouvoir vous servir à partir en vacances, mais aussi à faire face à une dépense de santé imprévue. 

Vous n’êtes pas habitué.e à épargner ? Moka peut vous aider ! Grâce à notre système d’arrondi automatique, vous épargnez au quotidien sans vous en rendre compte. Vous pouvez également mettre en place des virements automatiques, ce qui vous permet de mettre de l’argent de côté régulièrement, sans y penser.

Catégories
Économiser

Bien gérer son budget pendant les vacances

Les vacances arrivent et avec elles, la promesse de moments de détente… mais aussi de grosses dépenses ! Entre les billets de train ou d’avion (si l’on part), les activités, les restaurants, les cocktails, et les vêtements d’été qui nous font de l’œil derrière les vitrines des magasins, notre compte en banque n’est pas toujours à la fête.  

Alors, comment gérer son budget pendant les vacances et éviter de dépenser trop d’argent ? Voici 5 conseils, testés et approuvés. 


1 – Si vous partez : planifiez votre voyage 

Avant de partir en vacances, prenez le temps de définir le coût global de votre voyage et la somme dont vous aurez besoin pour le financer. Il existe des calculateurs en ligne (comme celui de Génération Voyage) qui font le travail à votre place. 

Pensez également à faire vos réservations à l’avance : plus vous attendez, et plus vous paierez cher ! N’hésitez pas à utiliser les comparateurs de vol, comme Skyscanner, pour obtenir le tarif le plus bas. 

Nous vous conseillons par ailleurs d’établir un budget précis pour vos vacances et de le diviser en plusieurs parties. Par exemple, au lieu de tout payer en une fois (le trajet, l’hôtel, les activités…), étalez vos paiements sur la durée : les billets de train en juin, l’hôtel en juillet, les activités sur place, etc. Cette stratégie vous permet de ne pas dépenser trop d’argent d’un coup, voire d’épargner pour les extras. 

2 – Faites attention aux dépenses “inutiles” 

Une fois sur place, il est difficile de ne pas succomber aux tentations. Un, deux, puis trois verres en terrasse, une robe d’été, un souvenir créé par l’artisan du coin, une journée dans un parc d’attraction, des déjeuners au restaurant qui s’accumulent… Bien sûr, il est important de se faire plaisir. C’est à ça que servent les vacances ! Mais, si l’on n’y fait pas attention, on peut rapidement se retrouver à dépenser (beaucoup) plus que ce qu’on avait prévu. 

La clé, c’est donc de faire attention aux dépenses inutiles. Par ce terme, nous désignons toutes ces petites dépenses qui s’accumulent et qui finissent par faire mal au porte-monnaie : deux glaces pour le dessert au lieu d’une, un souvenir acheté à la boutique de musée qui finira par prendre la poussière, des trajets en taxi un peu trop fréquents, des repas quotidiens au restaurant alors qu’il existe des options plus économiques… 

Avant tout achat, demandez-vous si vous en avez vraiment besoin, et s’il vous fera encore plaisir dans plusieurs mois. Si vous hésitez ou que la réponse est non, vous pouvez passer votre chemin. 

3 – Reposez-vous sur l’arrondi automatique 

Vous le savez : chez Moka, nous vous proposons l’arrondi automatique, qui consiste à arrondir automatiquement chacun de vos achats à l’euro supérieur. C’est tout simple et sans efforts : lorsque vous achetez un cocktail à 8,40€, par exemple, Moka arrondit la somme à l’euro supérieur (soit 9€) et met de côté la différence (soit 0,60€). Cela signifie que chaque achat vous permet d’épargner en même temps ! Une épargne que vous pourrez réinvestir dans vos prochaines vacances, par exemple 😉

4 – Fixez-vous un budget quotidien 

On l’a vu : en vacances, il est très facile de dépenser beaucoup d’argent si l’on ne se fixe pas de limites. D’où l’intérêt de déterminer un budget quotidien (ou hebdomadaire, selon vos préférences) à ne pas dépasser. Par exemple : 50 euros par jour. Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez vous aider d’un carnet ou d’une application de gestion de budget.  Et si vous n’êtes pas sûr.e de pouvoir résister aux tentations, retirez chaque jour la somme dont vous avez besoin et rangez votre carte bancaire dans un tiroir pendant la journée. 

5 – Choisissez la bonne date pour visiter musées et monuments

Le saviez-vous ? La plupart des monuments et musées, où qu’ils se trouvent dans le monde, sont gratuits au moins une fois par semaine. Par exemple, à Paris, une majorité de musées sont gratuits le 1er dimanche du mois (y compris le musée d’Orsay !). A New York, l’entrée du célèbre musée Guggenheim est gratuite le samedi de 17h à 20h. Quant à la plupart des grands musées de Londres (British Museum, Musée des sciences…), ils sont entièrement gratuits tous les jours. Enfin, saviez-vous que les musées municipaux de Rome étaient gratuits pour les Parisiens et Parisiennes (sur justificatif), grâce au jumelage entre les deux villes ? Certes, il faudra sans doute faire la queue un peu plus longtemps que d’habitude, mais cela vous permettra d’optimiser votre budget. 


En cherchant un peu, vous vous rendrez compte qu’il existe une foule de bons plans. Pour ne rien rater, n’hésitez pas à taper “bon plan gratuit + le nom de votre lieu de vacances” dans votre moteur de recherche ! ☀️

Catégories
Astuces Économiser

Summer money : préparer son budget vacances

Les beaux jours reviennent, ce qui signifie que la perspective des vacances d’été arrive enfin ! Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on en a tous besoin. Alors, que vous prévoyiez de partir faire un road-trip dans un van aménagé ou de lézarder au bord de la mer, que vous soyiez plutôt juillettiste ou aoûtien, ou que vous préfériez la mer à la montagne, nous vous avons préparé 5 conseils pour économiser de l’argent en prévision des vacances. Suivez le guide ! 


Mettez en place un plan d’action pour réduire vos dépenses

Le dernier jean à la mode acheté sur un coup de tête, les pintes de bière en terrasse (oui, on vous voit venir…🍻), les livraisons de repas parce qu’on a la flemme de cuisiner, le café à emporter acheté tous les matins, les multiples abonnements à des plateformes de musique et de vidéos… On a tous et toutes des dépenses plaisir qu’il est possible, avec un peu d’efforts, de diminuer chaque mois. L’idée ici n’est pas de culpabiliser : simplement, d’identifier ses principaux postes de dépense et de se lancer des défis atteignables (dépenser moins de 50 euros ce mois-ci en livraison de repas, enlever 30 euros sur son budget vêtements, aller à la bibliothèque plutôt que d’acheter des livres…). 

On peut s’inspirer de la méthode BISOU, qui consiste à se poser cinq questions avant tout achat : 

  • A quel Besoin caché correspond mon envie d’acheter ? 
  • En ai-je besoin Immédiatement ?
  • Ai-je déjà quelque chose de Semblable chez moi ? 
  • Quelle est l’Origine de ce produit ? 
  • Sera-t-il vraiment Utile pour moi ?

Pas question de faire des sacrifices, mais juste de consommer plus raisonnablement pour pouvoir financer ses vacances avec l’argent ainsi économisé. Et ça, c’est plutôt motivant, non ? 

Rangez votre carte bancaire 

C’est vrai, nos cartes bancaires sont bien pratiques ! Oui, mais… jusqu’à un certain point seulement.

En payant nos achats par carte bancaire, de façon dématérialisée, nous perdons le sens de l’argent, et nous avons l’impression de pouvoir dépenser sans limites.

Un bon moyen d’économiser sans grandes difficultés consiste donc à ranger sa carte bancaire (ne serait-ce que pour un temps) et à privilégier les paiements en liquide. Pour cela, vous pouvez retirer chaque semaine une somme fixe, qui devra vous servir à effectuer vos achats hebdomadaires.

Ce petit exercice permet de mieux visualiser ce que l’on dépense, et donc d’éviter les dépenses inutiles. 

Gagnez de l’argent de poche  

Vous avez besoin d’argent rapidement pour partir en vacances ? Plusieurs options s’offrent à vous. 

Si vous en avez le temps et l’envie, vous pouvez essayer de trouver un job d’appoint pour compléter vos revenus. Baby-sitting, garde d’animaux, travaux de bricolage, missions d’intérim… Les possibilités sont nombreuses pour se constituer une petite cagnotte. 

Ensuite, n’hésitez pas à vider vos placards : vêtements, livres, jeux vidéo, meubles, tout se vend, que ce soit sur Internet ou dans les vides greniers ! Et si vous êtes vraiment pressé, les dépôts-vente et les magasins de produits d’occasion peuvent vous racheter certains objets. 

Enfin, pourquoi ne pas louer votre appartement, votre place de parking ou votre voiture pour quelques jours ? Il existe aujourd’hui de nombreux sites de location sécurisés. 

Mangez mieux et moins cher 

L’alimentation est, pour la plupart d’entre nous, un poste de dépenses important. La bonne nouvelle, c’est qu’il est facile de le diminuer. Pour cela, on commence par faire ses courses (oui aux restaurants et à la livraison de repas, mais pas tous les jours !) et par définir un budget à ne pas dépasser. 

Ensuite, on prévoit ses menus pour la semaine. Non seulement cela permet de veiller à son équilibre alimentaire,  mais c’est aussi un bon moyen de faire des économies. En anticipant vos menus, vous achetez uniquement ce dont vous avez besoin et évitez les tentations qui font grimper la note. 

On mange aussi local et de saison, car les fruits et les légumes qui ont été cultivés à proximité de chez nous nécessitent moins de transport et sont donc vendus moins chers. Et, contrairement aux idées reçues, faire ses courses directement chez le producteur n’est pas plus cher qu’en grande surface… au contraire ! On cherche donc à limiter au maximum les intermédiaires et on retrouve le plaisir de se rendre à notre marché de quartier. 

Enfin, dernière astuce pour faire des économies : acheter en vrac. Si certains produits comme les pâtes, le riz et les céréales sont légèrement plus chers en vrac, d’autres comme les légumineuses et les fruits secs permettent de baisser la note de 20% en moyenne. Au global, l’UFC-Que Choisir estime que les produits en vrac sont 6% moins chers que les produits emballés.

Mettez en place un compte d’épargne dédié à vos vacances

C’est LE meilleur moyen d’économiser sans y penser, surtout si vous programmez des virements automatiques chaque mois (ou chaque semaine).

Faites le calcul : avec un virement de 10€ par semaine, vous auriez de quoi vous payer un trajet ou un petit plaisir durant votre séjour. Et si vous continuez cette habitude, vous accumulerez 520 euros pour vos prochaines vacances d’été ! Encore plus simple, Moka vous permet d’arrondir toutes vos dépenses à l’euro supérieur et de mettre la différence de côté.

De quoi se constituer une jolie cagnotte, sans avoir à faire de gros efforts !

Catégories
Astuces Économiser

5 applis pour faire des économies sur vos achats

On passe énormément de temps sur nos smartphones, alors pourquoi ne pas s’en servir aussi pour faire des économies sur vos courses alimentaires ou votre shopping, en ligne et en magasin ? 💸


Shopmium : l’appli qui rembourse vos courses

Vous sélectionnez une offre dans l’app lorsque vous êtes en magasin (ou avant si vous aviez tout prévu !), vous pouvez scanner votre article pour vérifier qu’il s’agit du bon produit compris dans l’offre Shopmium. Une fois chez vous, il suffit de prendre votre ticket de caisse en photo et de demander votre remboursement. Facile non ? 

On y trouve aussi des offres cashback de toutes sortes, que ce soit des vêtements, des accessoires, des produits high-tech, pour la maison, de la décoration, sport, voyages, etc. Il y en a pour tous les goûts ! 

Petit plus : vous pouvez ajouter vos cartes de fidélité dans l’app pour ne plus passer votre temps à les chercher 😉

Too Good To Go : alliez économie et geste pour la planète

Une super appli pour éviter le gaspillage alimentaire et avoir des plats savoureux pas chers. Vous y trouverez aussi bien des boulangeries, que des restaurants, des sushis et même les supermarchés vous préparent des paniers anti-gaspi ! Grâce à cette app, vous profitez de prix très réduits.

Il vous suffit de choisir le panier dans le commerce de votre choix disponible dans l’app, puis vous allez le chercher. L’anti-gaspi c’est aussi simple que ça. 

De quoi se régaler pour pas cher en faisant un geste pour notre planète ! 🌏

Vinted : revendez et achetez de seconde main

On a tous des vêtements qu’on garde au fond du placard en se disant qu’un jour peut-être on les remettra, et finalement ce jour n’arrive jamais.

Servez-vous en pour vous faire de l’argent ! Vêtements, accessoires, déco, livres, vaisselle… Tout se revend. 

Vinted est très simple à utiliser. Vous prenez vos articles en photo, vous rentrez la catégorie, taille, couleur, prix, vous postez et le tour est joué. 

Pour envoyer, c’est tout aussi simple : une étiquette à imprimer, à coller, on envoie au bureau de poste ou point relais le plus proche et il ne reste plus qu’à attendre. 

Vous pouvez aussi y trouver des petites pépites en parfait état voire neuves ✨

Joko : l’app qui récompense vos dépenses

Joko transforme votre carte de crédit en carte de fidélité et récompense chacune de vos dépenses avec des points convertibles en réductions. 

Vous choisissez vos 5 enseignes préférées parmi les plus grandes (tous secteurs confondus), vous cumulez vos points à chaque passage en caisse et vous pourrez ensuite dépenser vos points chez elles. 

En ligne ou en magasin, vous pouvez profiter d’offres de cashback, bons plans, codes promo et réductions sur l’appli. 

Petit plus : vous pouvez parrainer des amis et gagner encore plus de points !

Volpy : échange, achat et vente de smartphones

Vous avez des smartphones qui traînent au fond d’un placard ? Vous voulez le dernier smartphone ? 

Alors prenez quelques minutes et faites un tour sur l’app. Vous pouvez échanger votre smartphone contre un nouveau (neuf ou reconditionné) à prix réduit, vendre ou acheter un smartphone. 

Volpy vous fait évaluer votre smartphone actuel, à travers quelques questions simples dans l’app. Puis vous choisissez de l’échanger contre un autre smartphone (plus la différence de prix), ou alors Volpy vous le rachète simplement. 

Ensuite le service s’occupe de le reconditionner pour faire des heureux.ses ! S’il n’est pas réutilisable, votre smartphone sera alors recyclé. 

Volpy aide à éviter le gaspillage de ressources naturelles et à limiter la production de déchets électroniques. De plus, pour chaque mobile collecté, Volpy s’engage à verser 2 euros à un projet de reforestation en France, en Éthiopie, en Indonésie ou au Pérou, à vous de choisir !

Alors, vous allez en télécharger quelques-unes ? N’oubliez pas : il n’y a pas de petites économies ! 💰

Catégories
Astuces Économiser

Mode et beauté : astuces budget, écolo et santé

On vous a concocté quelques conseils pour mieux gérer votre budget mode et beauté, tout en préservant l’environnement et en prenant soin de votre santé.

Parfait non ? 🌏


Conseil n°1 : les cosmétiques solides

Économiques, bons pour la santé, et écologiques, les cosmétiques solides font de plus en plus parler d’eux. Il en existe de toutes sortes : shampoings, savons, déodorants, dentifrices… Chaque cosmétique classique a son équivalent solide 🧼

Un cosmétique solide, c’est tout simplement un cosmétique qui ne contient pas d’eau dans sa composition. Il est également sans conservateur car, sans eau, sa durée de vie est bien supérieure à son équivalent liquide. C’est une alternative écologique, économique, efficace, pratique à emporter partout et également ludique

Vous n’avez plus d’excuses, on peut très facilement en trouver :

Lamazuna propose toute une gamme de produits naturels, fabriqués en France, labellisés Cruelty Free, Slow Cosmétique, naturels, véganes et bio. Lush est aussi déjà bien connu depuis des années sur ce marché, mais il en existe plein d’autres comme Respire, Umaï, etc.

En plus, les cosmétiques solides ont une durée de vie bien supérieure à leur équivalent liquide. Tout cela fait d’eux l’alternative parfaite pour votre porte-monnaie, votre santé et l’environnement ! ✨

Conseil n°2 : shoppez responsable

Selon le rapport de WWF, on achète environ 20 kg de vêtements chaque année. Et cela nous coûterait en moyenne 668 € tous les ans ! Ça fait beaucoup, non ? 💶

En plus, saviez-vous que l’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde ?

Voici donc quelques petites astuces pour shopper plus responsable 🌿 :

  • Avant d’aller faire du shopping, bien réfléchir à ce dont vous avez besoin. Cela permet de ne pas vous laisser tenter dans le magasin et d’éviter d’acheter des choses que vous n’utiliserez pas. Nous sommes certains que votre porte-monnaie vous remerciera ! 
  • Privilégier la qualité à la quantité. Il vaut mieux acheter un jean un peu plus cher et de qualité, qui durera dans le temps, plutôt que de racheter un jean de mauvaise qualité tous les ans qui, au final, reviendra plus cher sur le long-terme. 
  • Privilégier les enseignes éthiques comme par exemple, Parisienne et Alors, du made in France, éco et super tendance ! Ou encore Hopaal, enseigne transparente et made in France, qui verse une partie de son chiffre d’affaires à des associations engagées pour la planète. Pourquoi pas Coton Vert, si vous cherchez des basiques bio, équitables et solidaires ? Mais il existe bien d’autres marques écoresponsables !
  • Acheter de seconde main : en friperie, on trouve de jolies choses qui n’attendent que d’être portées ! Sinon, de particulier à particulier, vous connaissez déjà Vinted ou Leboncoin, il y en a pour tous les goûts. Et vous pouvez aussi en profiter pour revendre les habits que vous ne portez jamais !

Conseil n°3 : privilégiez les textiles écoresponsables

Les français.es achètent environ 700 000 tonnes de textile mais moins d’un quart de nos vêtements sont recyclés ♻️

Il est donc préférable de privilégier les textiles éco responsables dont la culture limite la consommation d’eau, comme par exemple : 

  • Le coton biologique : sa culture consomme 91 % d’eau en moins que la culture du coton classique.
  • Le lin : il ne nécessite aucune irrigation et l’ensemble des produits issus de sa transformation sont utilisés et recyclables.
  • Le chanvre : c’est une plante très économe en eau, elle n’a pas besoin de pesticide ni d’engrais.
  • Le jute : un hectare de jute absorbe 15 tonnes de CO2 et produit 11 tonnes d’oxygène. 

Vous voyez ? L’écoresponsabilité ne veut pas dire se priver ! C’est simplement consommer et dépenser mieux, là où ça a du sens, pour la planète mais aussi pour vous et votre porte-monnaie. 😊

Catégories
Astuces Économiser

Ma cuisine plus économique et anti-gaspi

Eh oui, l’écoresponsabilité c’est aussi dans la cuisine ! Grâce à ces petits conseils pratiques, vous deviendrez un as de l’anti-gaspillage, mais pas seulement. Ces conseils servent bien évidemment aussi à alléger vos dépenses quotidiennes ! 

Conseil n°1 : utiliser ses épluchures de fruits et légumes

Nous avons souvent le réflexe de jeter les épluchures de pomme de terre, les peaux de banane et autres aliments qui sont considérés comme des déchets. Mais vous pouvez parfaitement les utiliser !

Par exemple, vous pouvez substituer le basilic du pesto par des fanes de carotte ou de radis. De la même façon, vous pouvez facilement mixer des coquilles d’œuf (très riches en calcium) en une poudre très fine et l’ajouter à vos smoothies !

Et retrouvez encore plein d’astuces anti-gaspillage sur TooGoodToGo 🥕

Conseil n°2 : recycler les sachets de thé

Saviez-vous que le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde ? ☕️ Juste derrière l’eau bien sûr. 

Tout d’abord, un sachet peut servir pour plus d’une tasse, il peut être conservé et réutilisé dans vos prochaines tasses d’eau chaude !

Mais vos sachets de thé peuvent aussi servir à nourrir les plantes, nettoyer un meuble ou un miroir, apaiser les démangeaisons ou encore désodoriser une pièce et le frigo. Pratique non ?

Conseil n°3 : consommer de saison

Mais il n’y a pas que le recyclage des produits consommés, il faut commencer par consommer de saison.

Consommez en priorité des fruits et légumes de saison. Ils sont beaucoup moins chers et disponibles très facilement. S’ils ont été cultivés en France, ou proches de chez vous, c’est encore mieux ! 🇫🇷

Ensuite, la nature est tellement bien faite que les vitamines et minéraux présents dans les produits de saison contiennent exactement ceux que le corps réclame. Ainsi, en hiver, vous aurez plus besoin de minéraux et de vitamine C. Alors qu’en été, vous aurez besoin de plus d’eau. 

Retrouvez ici la liste des fruits et légumes en fonction des saisons.

Et voilà ! Désormais, vous êtes un.e pro de l’anti-gaspillage mais vous savez aussi quels fruits et légumes consommer et quand. De quoi soulager votre compte en banque, la planète et peut-être même impressionner votre entourage ! 😉

Catégories
Économiser

Un petit geste qui fait tout un effet… Comment fonctionne l’arrondi ?

Et si vous partiez en week-end grâce à votre petite monnaie ?

Avec Moka, financez tous vos projets sans effort grâce à l’arrondi.

Dès que vous réalisez un achat avec votre carte bancaire, dans un magasin ou en ligne, Moka arrondit pour vous le montant de votre dépense à l’euro supérieur et le met automatiquement de côté dans l’appli 💸

Par exemple, si vous payez un smoothie à 5,50 euros avec votre carte bancaire, Moka arrondit cette dépense à l’euro supérieur (6 euros), et met 50 centimes d’euros de côté dans l’appli. Autre exemple : si vous payez vos courses 32,90 euros dans un supermarché, Moka arrondit automatiquement cette dépense à l’euro supérieur (33 euros), et met 10 centimes d’euros de côté.

Chaque lundi, Moka additionne tous les arrondis du montant de vos achats réalisés avec votre carte bancaire la semaine précédente, et les met de côté.

Si vous souhaitez accélérer le rythme, il n’y a rien de plus simple : activez et personnalisez la fonction multiplicateur dans l’appli, qui multiplie jusqu’à huit fois vos arrondis 💰 

Avec Moka, on vous aide à atteindre vos objectifs, sans changer votre style de vie !

Alors, ça vous dit ? Cliquez ici si vous souhaitez télécharger Moka. On vous propose un mois d’essai gratuit à l’occasion de notre lancement en France  🇫🇷

Si vous souhaitez investir votre argent, sachez que Moka travaille dur pour développer et lancer son second service dans l’appli : l’investissement socialement responsable grâce à l’arrondi automatique. Il sera disponible très bientôt… Pour en savoir plus sur cette nouvelle manière d’investir, cliquez ici 🌍

Catégories
Économiser

Covid-19 : comment bien gérer mon budget ?

Confinement, chômage partiel, perte d’emploi… Le COVID-19 a eu un impact immédiat sur notre budget. Notre quotidien a été complètement chamboulé et on voit les conséquences directes sur notre compte en banque.

Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas seul.e.s dans cette épreuve.

La première chose à faire est de déculpabiliser : il était impossible pour vous d’anticiper cette situation, puisqu’elle est inédite.

Si vous vous en voulez de ne jamais avoir mis de côté auparavant ou d’avoir fait des achats en ligne compulsifs pendant cette période, ne soyez pas trop dur envers vous même. Laissez les choses venir comme elles se présentent avec compassion. Demain est un autre jour…

Nous, chez Moka, on a vu le confinement comme une opportunité de vous aider à y voir plus clair : épargne, gestion du budget, investissements, concrétisation de vos projets de vie…

Car oui, il y a une vie après le confinement, et mieux vaut être dans de bonnes conditions financières pour en profiter à nouveau et reprendre vos projets là où vous les aviez laissé (voire changer vos plans si le confinement vous a fait réfléchir).

Avec ce petit guide, Moka a concocté pour vous quelques astuces qui vont vous permettre (on l’espère) de mieux vous armer.

C’est parti 👇

1 – La manière douce : la stratégie des petits pas

En période de ralentissement économique, il peut être contre-intuitif de mettre de l’argent de côté. Et pourtant, vous pourriez avoir besoin d’un petit coussin de sécurité.

Tentez l’épargne de précaution.

La grande majorité des français a montré la voie, puisque la Banque de France a révélé que les ménages avaient augmenté leurs dépôts bancaires de 20 milliards d’euros en mars, un pic dit “historique”. 

Nos experts recommandent effectivement d’avoir une épargne de précaution (= fonds d’urgence) qui vous permet de couvrir 3 à 6 mois de dépenses ainsi que les dépenses imprévues au quotidien.

Ce n’est pas grave si vous n’avez pas encore mis d’argent de côté, ou si vous ne pouvez pas économiser tout de suite. L’important est d’épargner ce que vous pouvez, dès que vous le pouvez.

Mais plus vous commencez tôt, mieux c’est 🚀

Esquissez un budget et suivez vos dépenses. 

Commencer par la chose la plus simple : regardez où filent vos dépenses et quelles sont vos dépenses inutiles – on sait à quel point les achats en ligne ont pu être compulsifs pendant le confinement… Pour vous aider, voici les postes de dépenses essentiels : loyer ou crédit si vous avez acheté un appartement, courses alimentaires, eau et électricité.

N’hésitez pas à télécharger l’appli Bankin’ qui catégorise gratuitement et en quelques clics toutes vos dépenses. Vous aurez ainsi une vision 360 degrés, sans avoir à vous lancer dans un tableau Excel croisé dynamique !


Une fois que c’est fait, calculez le montant que vous pourriez mettre de côté chaque mois, pour ensuite automatiser le processus avec Moka. En réglant une seule fois les paramètres de transferts récurrents au sein de l’appli, Moka s’occupe du reste. De même pour les arrondis automatiques de vos dépenses ! Ainsi, vous épargnez votre petite monnaie de manière simple, automatique et sécurisée.

Anticipez l’annulation ou le report de vos vacances.

La sortie du confinement sera progressive et vous ne pourrez malheureusement pas vous envoler pour Barcelone, boire des cocktails ou déambuler sur les pistes de ski tout de suite ! Petit conseil : anticipez le plus possible l’annulation ou le report de votre vol, de votre train, de votre hôtel ou de votre AirBnB. Pour vous aider dans vos démarches, vous trouverez ici des réponses à vos questions. 

Faites un point sur vos abonnements. 

Mis bout à bout, les abonnements sont des postes de dépenses importants chaque mois. Et vous seriez surpris.e de voir l’argent qu’il est possible d’économiser ! Prenez 5 minutes pour y réfléchir : 

  • Y a-t-il des abonnements que vous n’utilisez pas assez, voire plus du tout ? 
  • Savez-vous que vous pouvez partager des abonnements comme Netflix, avec d’autres membres de votre famille, ou vos amis ? Le pack “famille” qui comprend 4 connexions, donc 4 comptes, est à 15,99 euros. Cette solution est plus économique que de prendre un abonnement tout.e seul.e à 7,99 euros.
  • Avez-vous la possibilité de négocier votre abonnement téléphonique auprès de votre opérateur, quitte à aller voir ailleurs si d’autres offres sont plus intéressantes ? Pareil pour internet, la box, etc ?
  • Pouvez-vous négocier vos frais bancaires auprès de votre banque ? 
  • Saviez-vous que vous pouvez demander un report du paiement de vos factures d’eau et d’électricité ?

    Même si on sait qu’utiliser moins d’électricité est bénéfique pour le porte-monnaie et pour la planète, un petit rappel peut nous faire du bien à tous ! Eteindre la lumière quand on quitte une pièce, débrancher les appareils électroniques quand on ne les utilise pas, et baisser d’un degrés notre chauffage. Plein de petits gestes au quotidien dont on ne devrait pas minimiser l’impact. 

Moka : l’appli qui vous permet d’épargner sans effort !

Après avoir connecté l’appli Moka à votre compte bancaire, vous pouvez activer notre système d’arrondis automatiques pour mettre de côté votre petite monnaie. En effet, Moka arrondit pour vous le montant de vos dépenses à l’euro supérieur et le met automatiquement de côté. C’est simple et sécurisé !

Par exemple, si vous payez 32,50 euros vos courses dans un supermarché avec votre carte bancaire, Moka arrondit automatiquement cette dépense à l’euro supérieur (33 euros), et met ainsi 50 centimes d’euros sur votre compte Moka. En bref, dès que vous réalisez un achat avec votre carte bancaire (dans un magasin ou en ligne), Moka arrondit pour vous le montant de votre dépense à l’euro supérieur et le met automatiquement de côté.

Vous pouvez également, depuis l’appli et de façon simple, effectuer des dépôts ponctuels sur votre compte Moka ou des dépôts récurrents chaque mois. En plus, Moka est 100 % flexible : vous pouvez récupérer votre argent dès que vous en avez besoin. Les transferts d’argent depuis Moka vers votre compte bancaire sont gratuits et disponibles sous 1 à 3 jours ouvrés.

Cliquez ici pour vous lancer !

2 – Ne vous faites pas avoir par les frais bancaires additionnels.

Si votre situation financière le permet, nous vous recommandons de continuer à rembourser vos prêts (etudiant, achat immobilier, voiture, etc) pour qu’aucun intérêt supplémentaire ne s’ajoute à vos frais.
Si poursuivre le remboursement de vos prêts vous semble impossible, sachez que certaines banques peuvent reporter les mensualités de crédit de quelques mois. On vous recommande de vous rapprocher de votre banque pour savoir si vous y êtes éligible. 

Jetez un oeil à votre découvert.

Même en faisant attention à son budget, on sait à quel point il est difficile de ne pas finir le mois dans le rouge ! Mais savez-vous que les frais de découvert ne concernent pas uniquement les agio ? Les frais additionnels liés au découvert bancaire sont plus élevés : commission d’intervention, lettre d’informations, frais de rejet d’un chèque ou de prélèvement… Et il peut être difficile et long de négocier la suppression de ces frais auprès de votre banque.

Pour éviter ce type de frais, regardez régulièrement votre compte en banque depuis votre appli mobile. Si le découvert ne peut être évité, l’épargne de précaution dont on vous parlait au tout début de l’article peut vraiment vous aider ponctuellement. Si vous épargnez avec Moka, on vous rappelle que vous pouvez accéder à votre argent dès que vous en avez besoin, et gratuitement. 

Ne contractez plus de prêt, demandez de l’aide autour de vous.

Plus facile à dire qu’à faire, mais dans la mesure du possible, on vous conseille de moins dépenser jusqu’au retour à la normale, et d’aller chercher tout le soutien possible autour de vous avant de vous endetter davantage.
Vous pensez avoir épuisé toutes vos ressources personnelles ? Sachez que vos proches sont aussi une source de soutien, comme le rappelle justement cet article, qui peut prendre la forme d’un prêt, d’une pension alimentaire ou d’une donation. Vous n’êtes pas seul.e dans cette situation, laissez vos proches vous aider s’ils en ont la capacité.  

3 – Si vous avez envie d’investir pour tenter un coup de poker, quelques petits conseils.

Vous avez lu dans la presse que les marchés boursiers avaient dégringolé, que les taux étaient historiquement bas ? Puis vous avez entendu dire que c’était le moment parfait pour investir votre argent et gagner gros ? Voici quelques conseils.

Spéculer sur une courte durée est le meilleur moyen de le regretter, surtout si vous attendez un retour sur investissement rapide.

Il vaut mieux diversifier et
penser long terme. 

Chez Moka, l’investissement dans les marchés financiers est au coeur de notre expertise. Notre recommandation est d’investir le plus tôt possible dans votre vie, peu importe quand, mais pas n’importe comment. 

Faut-il être un expert pour utiliser Moka et commencer à investir dès maintenant ? Et bien non, bonne nouvelle, ce sera bientôt simple comme bonjour d’investir avec Moka, l’investissement socialement responsable arrivera dans les prochaines semaines dans l’application.

Pas besoin d’apport initial ni d’engagement sur la durée, tout est pensé pour vous simplifier la vie :

  • Moka vous propose de créer des « objectifs » dans l’application, c’est-à-dire vos projets de vie à court, moyen ou long terme : vos études, devenir propriétaire, votre mariage, faire le tour du monde, préparer l’arrivée de votre bébé, etc. 
  • Pour chaque objectif, Moka vous proposera de choisir parmi trois modèles de risque : prudent, équilibré, audacieux.
  • Une fois le modèle choisi, votre petite monnaie sera ensuite investie dans des fonds socialement responsables, respectant le profil de risque associé à votre modèle 🌱 de quoi aller l’utile à l’agréable : faire fructifier votre épargne, tout en finançant l’économie réelle.
  • Vous pourrez suivre l’évolution de vos objectifs de vie et contacter notre équipe succès client si vous avez la moindre question. Nous sommes là pour vous !
  • Moka est flexible : vous pouvez retirer votre argent, quand vous le souhaitez, gratuitement.

4 – Si vous avez déjà investi votre argent, gardez le cap !


Si vous avez investi votre argent, vous avez peut-être vu votre portefeuille diminuer et vous vous demandez s’il est temps de battre en retraite. Même si vos préoccupations sont légitimes, on vous conseille de ne pas paniquer, et de garder le cap.

L’histoire nous a montré au fil du temps que les marchés boursiers arrivent à se redresser et à croître à nouveau.

Retirer votre argent subitement évite toute perte à court terme mais vous empêche de bénéficier de profits futurs lorsque le marché se rétablira.

On vous recommande donc de laisser votre argent sur vos comptes de placement si vous pouvez vous le permettre. Et si vous manquez de liquidités, allez puiser dans la mesure du possible dans votre épargne.

On espère que cet article vous aura été utile !

L’équipe Moka 💙