Catégories
Astuces Économiser

Comment réduire le montant de ses impôts ?

La déclaration d’impôt 2022 est ouverte depuis plusieurs semaines. Vous vous demandez peut-être comment réduire, la prochaine fois, le montant de ce que vous devez en tant que contribuable. Bonne nouvelle : il existe plusieurs moyens accessibles de diminuer son niveau d’imposition. On fait le point dans cet article.

N’oubliez pas de consulter notre précédent article pour mieux comprendre à quoi servent les impôts, et comment ils fonctionnent.


1. Faire des dons 

Lorsque vous faites un don à une association reconnue d’utilité publique, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt. Cela inclut aussi les dons versés à des partis politiques ou à des candidats pour financer leur campagne électorale. 

Les dons accordés aux associations et partis politiques bénéficient d’une réduction égale à 66% des sommes versées, dans la limite de 20% du revenu imposable. A savoir : les dons versés aux organismes d’aide aux personnes en difficulté et aux victimes de violence conjugale bénéficient d’une réduction de 75%, dans la limite de 1000 euros de dons. 

A savoir : Les micro-dons réalisés dans certains magasins (arrondi solidaire) ainsi que les dons réalisés par SMS ouvrent droit aux mêmes réductions, à condition de pouvoir produire un justificatif.

2. Souscrire à un abonnement à la presse

Le saviez-vous ? Depuis cette année, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt lorsque vous souscrivez un premier abonnement à un titre de presse, d’information politique ou générale, en version papier ou numérique. Cet abonnement doit avoir été souscrit entre le 9 mai 2021 et le 31 décembre 2022, pour une durée de 12 mois minimum.

Le crédit d’impôt au titre de  l’abonnement à un titre de presse est égal à 30 % des dépenses engagées. Vous pouvez en bénéficier quel que soit le montant de vos ressources. 

3. Réaliser un investissement locatif

Cela ne concerne évidemment pas tous les contribuables, mais si vous avez réalisé un investissement dans l’immobilier (acquisition d’un logement destiné à être mis en location), vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le long terme. 

Celle-ci est calculée sur le prix de revient du logement, dans la limite de 300 000 euros. Son taux dépend de la durée de votre engagement à louer le bien : 12 % pour une durée de 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans. Cela fait une réduction maximum de 6 000 euros par an pendant 6, 9 ou 12 ans. Par ailleurs, pendant toute la durée de location du logement, le loyer ne doit pas dépasser un plafond qui dépend de l’emplacement de l’immeuble. 

Plusieurs dispositifs sont ouverts pour réaliser un tel investissement : le dispositif Pinel, uniquement accessible dans l’immobilier neuf, ou encore le dispositif Denormandie pour l’immobilier ancien à rénover.

4. Épargner pour sa retraite

C’est vrai, on n’a pas forcément envie de commencer à épargner pour sa retraite à 25 ou 30 ans… Pourtant, outre le fait que commencer tôt permet de profiter de l’effet “boule de neige” (les intérêts produits augmentent le capital d’année en année), l’investissement dans un Plan épargne retraite permet de profiter d’une réduction d’impôt. Eh oui : les versements que vous effectuez chaque année sur ce support sont déduits de votre revenu imposable, dans la limite d’une enveloppe annuelle. 

Pour les salariés, cette enveloppe est égale à 10 % des revenus professionnels net de frais de l’année précédente, avec un minimum et un maximum qui varient chaque année. Pour les indépendants, elle est égale à 10 % des bénéfices imposables. 

En gros, la réduction d’impôt dont vous pouvez bénéficier dépend de votre tranche marginale d’imposition. Elle est donc particulièrement intéressante si vous êtes fortement imposé.e. 

⇾ Prenons un exemple. Si vous versez 5000 euros par an sur un PER et que vous êtes dans la tranche d’imposition à 30%, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 1500 euros. Cette réduction s’élève à 550 euros si vous êtes dans la tranche d’imposition à 11%.

5. Investir dans le capital d’une PME

Lorsque vous investissez dans le capital d’une PME, que ce soit en direct ou via un fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI) ou un fonds d’investissement de proximité (FIP), vous bénéficiez d’une réduction d’impôt égale à 25 % des sommes versées.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un tel investissement n’est pas réservé aux plus aisés ! Il est tout à fait possible d’investir 50, 100 ou 150 euros dans une PME, de la même façon qu’on peut acquérir des actions de grandes entreprises à tous les prix. 

En cas de souscription en direct, la réduction d’impôt est basée sur la totalité du montant des versements. En revanche, en cas de souscription par le biais d’un FCPI ou d’un FIP, elle se base sur le quota d’investissement dans des PME éligibles que ces fonds s’engagent à atteindre (il doit être de 70 % au minimum). Quoi qu’il en soit, la réduction d’impôt n’est acquise définitivement que si vous conservez vos parts ou vos actions jusqu’au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de la souscription. 

Et aussi… 

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt égal à 50% des dépenses payées pour la garde de vos enfants de moins de 6 ans, à l’extérieur de votre domicile. L’emploi d’un salarié à domicile (jardinier, aide-ménagère…) permet également de bénéficier d’une réduction d’impôt, quel que soit le montant de ses revenus. 

Bien entendu, cette liste est non exhaustive : il existe en tout… 471 niches fiscales en France !