Catégories
Investir

Les 5 principes de l’investissement

Vous avez toujours pensé qu’investir, ce n’était pas pour vous ? Trop opaque, trop compliqué, mais aussi trop risqué ? Détrompez-vous ! L’investissement est à la portée de toutes et tous, à condition bien sûr de respecter quelques principes de base. Suivez notre guide. 

Principe n°1 : ne vous auto-censurez pas 

Contrairement à ce qu’on pense souvent, l’investissement n’est pas réservé aux plus aisés. 

Inutile d’économiser des milliers d’euros avant de se lancer ! Il est tout à fait possible d’investir avec 20, 30 ou 50 euros. L’objectif, quand on investit, est de tirer un rendement (sachant que rendement et risque sont indissociables). Ainsi, plus le risque est important, plus la possibilité de rendement et de perte est élevée. Mais ce principe fonctionne avec n’importe quel montant. 

Alors, n’ayez plus peur du mot “investissement” et voyez le comme ce qu’il est vraiment : une somme d’argent que l’on place, dans l’espoir de générer un rendement. Tout le monde peut le faire, à condition d’accepter les risques qui lui sont inhérents.

Principe n°2 : définissez vos objectifs 

Investir, quand on en a la possibilité, c’est bien. Savoir pourquoi on le fait, c’est mieux ! Que vous souhaitiez vous constituer un matelas de protection ou investir en vue d’un futur achat immobilier, il est important de définir vos objectifs en amont. Le but ? Se motiver, mais pas seulement. Savoir pourquoi on investit permet en effet d’adapter ses placements à ses objectifs, et d’atteindre plus facilement son but. En effet, la manière d’investir n’est pas la même selon que l’objectif poursuivi est court terme, moyen terme ou long terme. 

Par exemple, vous pouvez vous fixer comme objectif d’investir chaque mois 100 € pour réaliser un projet personnel. A la fin de l’année, vous aurez investi 1200 €. Au bout de 5 ans, ce montant s’élèvera à 6000 €, plus les intérêts qui eux aussi, se cumulent… Le secret : l’investissement permet avant tout de financer des projets à moyen et long terme, puisque le temps qui passe permet de diluer le risque et de lisser les pertes. 

Principe n°3 : connais toi toi-même

Eh oui, la célèbre maxime de Socrate peut aussi s’appliquer au monde de la finance ! Car un bon investisseur est avant tout… un investisseur qui se connaît bien. Avant d’investir, il est en effet important de faire le point sur son profil : préférez-vous jouer la sécurité ou prendre quelques risques ? Comment souhaitez-vous investir, et à quelle fréquence ? Quels sont vos objectifs, et comment se structurent-ils dans le temps ? On ne le répétera jamais assez : le meilleur investissement est avant tout celui qui vous correspond.

Avec Moka, vous avez la possibilité de choisir parmi 3 modèles d’investissement : prudent, équilibré et audacieux. Il y en a donc pour toutes les situations et toutes les personnalités. 

Enfin, n’hésitez pas à faire quelques recherches, afin de vous familiariser avec le lexique de l’investissement (on vous le jure : ce n’est pas si compliqué !) : actions, obligations… Une fois que vous aurez compris comment ça fonctionne, vous n’aurez plus peur de vous lancer.

Principe n°4 : privilégiez l’investissement socialement responsable

L’investissement socialement responsable (ISR) consiste à intégrer des critères environnementaux et sociaux à la gestion financière. Autrement dit, il permet d’investir dans la transition écologique, et d’exclure de son portefeuille toutes les entreprises qui ont un impact négatif sur l’environnement et la société de manière globale. Placer son argent tout en contribuant au bien-être de la société et de la planète, c’est un beau projet, non ? 

D’autant que, contrairement aux idées reçues, l’ISR est un véritable levier de performance. Les études réalisées sur le sujet montrent que l’investissement socialement responsable présente des possibilités de rendement similaires à celles de l’investissement traditionnel. Et les entreprises qui adoptent une approche durable sortent généralement plus fortes des crises. C’est d’ailleurs ce qu’on observe en ce moment : les entreprises les plus vertueuses en matière environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) résistent mieux au choc économique dû à la crise du Covid-19. 

Principe n°5 : n’ayez pas peur de la volatilité du marché

En finance, on appelle volatilité la mesure des variations du cours d’un actif financier. Ces variations dépendent des fluctuations du marché boursier, lui-même soumis aux grands événements du monde (comme par exemple… une crise sanitaire, ou une élection présidentielle importante). Investir suppose d’être confronté.e à la volatilité des marchés, et d’accepter une part de risque. Mais cela ne doit pas vous faire peur. Les bons investisseurs ne cherchent pas à échapper aux périodes de troubles : au contraire, ils les accueillent de manière rationnelle, et essaient de voir en elles de nouvelles opportunités. 

Avez-vous déjà entendu parler de la finance comportementale ? Il s’agit d’un champ d’études récent qui cherche à déterminer dans quelle mesure la psychologie des investisseurs influe sur la finance de marché. La finance comportementale se penche sur la psychologie et les émotions des investisseurs, pour mieux analyser leurs décisions d’investissement. Elle permet ainsi d’expliquer pourquoi les marchés boursiers n’évoluent pas toujours comme on pourrait s’y attendre. Et nous met en garde contre certains comportements qui ont une influence négative sur nos décisions d’investissement : essayer d’anticiper les évolutions du marché, se laisser avoir par la dernière lubie, paniquer dès que les cours baissent… 

La finance comportementale nous exhorte à garder la tête froide en toutes circonstances, à ne pas avoir peur des périodes troubles (qui ont toujours une fin), et à analyser nos décisions d’investissement avec calme et rationalité. A être, tout simplement, dans la réflexion plutôt que dans l’action. 

Maintenant que vous savez tout ça, êtes-vous prêt.e à réaliser votre premier investissement ?